Maison Mathieu-Froment-Savoie : le Havre voit le jour

La directrice générale de l'organisme, Suzanne Fitzback, soutient... (ARCHIVES, La Presse)

Agrandir

La directrice générale de l'organisme, Suzanne Fitzback, soutient que le Havre a vu le jour afin de combattre la solitude chez les malades en phase terminale.

ARCHIVES, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sans trop faire de bruit, en mars, la maison Mathieu-Froment-Savoie (MMFS) a ouvert les portes du Havre, un centre d'activités de jour, mais surtout un projet en gestation depuis le lancement du centre de soins palliatifs, il y a 16 ans.

La directrice générale de l'organisme, Suzanne Fitzback, soutient que ce lieu a vu le jour afin de combattre la solitude chez les malades en phase terminale. Le service a été développé spécifiquement, avec l'Agence de la santé et les CLSC de la région, pour les gens qui reçoivent des soins à domicile.

«Quelqu'un qui fait de la chimiothérapie, qui a le cancer, est un peu isolé. On soutient ces gens à qui il ne reste que quelques mois à vivre pour éviter que, pendant que leur proche aidant est au travail, ils ne soient pas seuls à la maison.»

Le Havre est un centre d'activités de jour. Pour l'instant, on y organise des groupes d'art-thérapie où les participants expriment leurs émotions par le dessin ou le bricolage, de la massothérapie et des groupes d'entraide. Mme Fitzback souhaite toutefois élargir l'offre à des cours de yoga et taï-chi, par exemple.

Les proches aidants et la famille des malades, incluant les enfants, peuvent également obtenir du soutien ou se divertir au Havre, en compagnie de personnes qui vivent la même situation qu'eux.

«Depuis l'ouverture de la maison qu'on souhaite avoir un centre comme celui-là, depuis 16 ans. Mais les moyens financiers, on ne les avait tout simplement pas.»

L'opportunité est venue en mai 2013 lorsque Véronique Hivon, alors ministre déléguée aux services sociaux, avait annoncé la création d'un fonds de 15 millions$ pour les soins palliatifs. Le projet de la MMFS a ensuite été retenu par l'Agence de la Santé et des Services sociaux de l'Outaouais.

Une centaine de personnes ont déjà eu recours aux services du Havre depuis son ouverture en mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer