Le surplus budgétaire diminue à Gatineau

Le maire, Maxime Pedneaud-Jobin, a illustré la «...

Agrandir

Le maire, Maxime Pedneaud-Jobin, a illustré la « faible marge de manoeuvre » pour équilibrer le budget.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les surplus budgétaires ne sont plus ce qu'ils étaient à Gatineau. La municipalité bouclera l'année 2014 avec un mince surplus de 3,2 millions $. C'est deux fois moins qu'en 2013, alors que la Ville enregistrait un surplus de 6,1 millions $.

Si Gatineau était un ménage dont le revenu était de 50 000 $, ce surplus équivaudrait à un petit bas de laine de 305 $. « Cela illustre bien la faible marge de manoeuvre dont nous disposons pour équilibrer le budget », a affirmé le maire Maxime Pedneaud-Jobin, hier soir, lors de la traditionnelle allocution annuelle sur la situation financière de la Ville de Gatineau.

L'année qui s'achève a de nouveau été le théâtre d'investissements massifs afin de faire le rattrapage nécessaire dans les infrastructures municipales. De fait, des investissements de 96 millions $ ont été répartis sur l'ensemble du territoire gatinois en 2014. De ce montant, 36,6 millions $ ont servi à la réfection du réseau routier, des égouts et des aqueducs. La somme de 42,6 millions $ a été dépensée pour les édifices et les usines, tandis que 13,9 millions $ ont permis l'aménagement de parcs et d'espaces verts.

Entre 2002 et 2005, la Ville de Gatineau investissait, en moyenne, 40 millions $ dans ses infrastructures. Ces investissements sont passés à plus de 94 millions $, en moyenne, de 2010 à 2014.

Si le premier budget de la présente administration en a été un de transition, celui de 2015 « en sera un de décision », a annoncé le maire Pedneaud-Jobin.

« Nous partageons (le conseil) la vision d'un développement qui intègre de façon équilibrée l'offre de services à la personne, la mise à niveau de nos infrastructures, le développement économique ainsi que l'expansion du transport collectif et actif », a mentionné le maire.

La dette

À la fin 2014, la dette de la Ville atteindra 570,7 millions $. En 2001, au moment de la fusion municipale, le coût de remboursement de la dette représentait 23 % du budget municipal. En 2014, cette proportion est tombée à 12 %.

Les discussions budgétaires à Gatineau pour le budget 2015 doivent auront lieu, en public, du 10 au 13 novembre prochain. Le budget doit être adopté le 9 décembre prochain. Les échos préliminaires laissent présager une hausse d'au moins 3 % de la taxe foncière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer