Élargissement du chemin Pink: Québec attend après Gatineau

Le projet d'élargissement qui touche un tronçon d'environ... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le projet d'élargissement qui touche un tronçon d'environ 450 mètres est attendu avec impatience par les résidents du secteur.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y a toujours pas de plan à court terme pour l'élargissement du chemin Pink, affirme le ministre des Transports, Robert Poëti, qui renvoie la balle dans le camp de la Ville de Gatineau.

Le projet d'élargissement qui touche un tronçon d'environ 450 mètres est attendu avec impatience par les résidents du secteur. Le développement immobilier dans le secteur soulève des inquiétudes au chapitre de la sécurité.

Toutefois, selon M. Poëti, son ministère est en attente de la Ville de Gatineau à qui on demande d'énoncer clairement ses priorités.

«Dans le contexte économique actuel, on travaille en partenariat avec les municipalités à la hauteur des moyens des citoyens, soutient le ministre. Dans ce cas-ci, c'est une collaboration avec Gatineau. Gatineau doit nous faire part de ses priorités, choisir les dossiers, et on en fait un à la fois.»

Le 9 septembre, la députée de Hull, Maryse Gaudreault, affirmait que le projet avait été priorisé par Gatineau.

Aujourd'hui, elle reconnaît que la situation peut sembler contradictoire. Or, le chemin Pink est régi par l'entente CCN-Québec, une entente complexe qui date de 1972 entre les gouvernements du Canada et du Québec pour la gestion de certaines rues sur le territoire de la Ville de Gatineau.

Gatineau, bien qu'elle ne détienne pas les cordons de la bourse, est gestionnaire de deux de ces rues, le chemin Pink et une section du boulevard La Vérendrye. Pour que l'élargissement du chemin Pink se concrétise, le conseil municipal doit clairement identifier l'une des artères comme étant prioritaire, ce qui pourrait être fait lors de la séance du conseil municipal du 18 novembre.

Ouverture

«C'est une bonne nouvelle, on a réussi à avoir une ouverture, on n'en avait pas au printemps», explique le conseiller du Plateau, Maxime Tremblay, qui souhaite déposer la résolution pour prioriser l'élargissement du chemin Pink.

Maryse Gaudreault affirme comprendre l'impatience et estime que le projet doit être réalisé dans un avenir rapproché afin d'éviter une situation où l'étude du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement réalisée en 2011 ne soit plus valide.

Même si les fonds sont actuellement indisponibles pour la réalisation du projet, la députée de Hull avance certains scénarios pour accélérer le processus, incluant celui de financer les plans et devis avec le budget discrétionnaire du ministre Poëti.

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer