Gatineau n'a plus les moyens de concurrencer le fédéral

Les contribuables gatinois ont de moins en moins les moyens de permettre à leur... (Photo Archives Le Soleil)

Agrandir

Photo Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les contribuables gatinois ont de moins en moins les moyens de permettre à leur administration municipale de jouer le jeu de la concurrence avec le gouvernement fédéral au chapitre de la rémunération des employés.

Cette concurrence qui dure depuis de nombreuses années pour permettre à Gatineau d'attirer et de garder ses travailleurs, malgré la présence d'un employeur de choix tel que le gouvernement fédéral, accentue la pression fiscale sur les épaules du payeur de taxes gatinois, admet le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

«Il y a une volonté claire du conseil de freiner cet élan de concurrence absolue avec le fédéral, a lancé le maire lors d'une longue entrevue avec LeDroit. Nous commençons un nouveau cycle de négociations avec nos travailleurs. Nous avons la volonté de trouver d'autres façons d'être concurrentiel. Nous allons devoir le négocier, mais il y a une volonté politique de faire en sorte que les augmentations de salaire ne soient plus les mêmes que par le passé. Il y a une limite à ce qu'on peut faire en matière de hausse de la rémunération. Notre argument principal doit devenir celui de la fierté de travailler pour la Ville. Nous souhaitons mettre l'accent là-dessus dans notre nouvelle politique de ressources humaines. Nous ne voulons plus seulement miser sur les salaires pour attirer des gens.»

D'après les données compilées par le HEC dans le cadre du Palmarès des municipalités, la croissance moyenne de la rémunération globale à Gatineau a atteint 5,6% en 2012, loin devant l'inflation qui avait été de 1,2% cette année-là. Dans le cas des cols bleus, cette croissance se situe dans la moyenne des autres grandes villes de la province, mais c'est une tout autre situation dans le cas des cols blancs qui voient leur rémunération croître de 9,7% par année. À ce chapitre, Gatineau se classe 9e sur les 10 grandes villes de la province.

«Quand les salaires, comme à Gatineau, augmentent plus vite que la richesse collective, on a un problème, affirme Robert Gagné, directeur du Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal. Des augmentations de 8% ou 9% par année ne sont tout simplement pas soutenables.»

Le maire de Gatineau convient que la rémunération des employés municipaux représente un poids énorme pour les contribuables. Ça représente 47% du budget municipal. Il souligne toutefois à grand trait que les données compilées par le HEC pour l'année 2012 sont faussées dans le cas de Gatineau à cause du versement, cette année-là, des montants liés à l'équité salariale. En considérant cet élément, avance-t-il, Gatineau se situerait dans la moyenne des grandes villes de la province quant à l'augmentation de la rémunération.

Tendance à la hausse

S'il remet en question l'analyse de HEC, le maire de Gatineau ne peut cependant pas nier les données qui émanent de son propre cabinet. Depuis 2011, les dépenses ont augmenté de 63 millions$ à Gatineau. Le tiers de cette augmentation est provoqué par la hausse des salaires et l'augmentation du service aux différents régimes de retraite des employés. Ainsi, 21 des 63 millions$ que Gatineau dépense de plus aujourd'hui qu'en 2014 vont dans les poches de ses employés. Les nouveaux services aux citoyens ne représentent qu'une infime partie de l'augmentation totale.

Si certaines villes de la province souhaitent carrément couper dans leur fonction publique pour dégager des économies, à Gatineau, aucun plan du genre n'est envisagé. À la limite, les nouvelles embauches sont payées à même l'enveloppe des postes non comblés, précise le maire. «Ça se fait à coût nul», dit-il, admettant du même souffle que le contribuable ne profite toutefois pas des économies générées par les postes non comblés.

Mabelanger@ledroit.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer