Le ruisseau de la Brasserie avant Destination Gatineau

Le développement du centre-ville de Gatineau, et particulièrement... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le développement du centre-ville de Gatineau, et particulièrement du ruisseau de la Brasserie, doit primer sur le projet Destination Gatineau, estime le Groupe Heafey, un influent promoteur du centre-ville.

Martin Roy, LeDroit

Partager

Le développement du centre-ville de Gatineau, et particulièrement du ruisseau de la Brasserie, doit primer sur le projet Destination Gatineau, estime le Groupe Heafey, un influent promoteur du centre-ville.

Heafey a réagi favorablement hier au concept d'aménagement du secteur de la Fonderie. La Ville veut y aménager un écoquartier de 700 à 1000 logements, avec un volet commercial incluant une foire d'exposition, un marché et des galeries d'art.

Tout en applaudissant le concept, Heafey s'inquiète des impacts sur ses propres projets immobiliers. De l'autre côté du ruisseau de la Brasserie, le promoteur est en demande de changement de zonage pour un projet de complexe résidentiel et commercial de 1200 logements au coin des rues Eddy et Wellington, en face des Terrasses de la Chaudière.

Aux yeux de Heafey, la Ville de Gatineau a intérêt à préciser sa vision si elle veut éviter que les deux projets se nuisent l'un et l'autre. «Les deux visions doivent s'arrimer. Et le point d'ancrage, c'est le ruisseau de la Brasserie, un petit bijou dont on ne s'est jamais vraiment occupé», dit Charles Masse, vice-président au développement et aux opérations chez Heafey.

Pour Heafey, le développement du ruisseau de la Brasserie est si crucial qu'il doit passer avant le grand projet touristique Destination Gatineau. «Je crois que la Ville de Gatineau doit mettre Destination Gatineau sur la voie de service pour quelque temps. Il faut se concentrer sur le centre. On a un bijou avec le ruisseau de la Brasserie. Prenons le temps de bien le polir avant de se payer la bijouterie au complet», dit M.Masse.

Le piège de l'hyperdensité

Heafey croit que la Ville de Gatineau devrait se concentrer sur le volet culturel qu'elle entend donner au secteur de la Fonderie, tout en évitant le piège de l'«hyperdensité». L'écoquartier de 700 à 1000 logements, s'il est synonyme d'édifices en hauteur, risque de rebuter les résidents de la rue Hanson non loin de là, prévient Charles Masse.

Pour sa part, Heafey prévient qu'il pourrait devenir plus prudent dans ses démarches pour faire aboutir son complexe de 300 millions$ au centre-ville s'il sent que d'autres projets de la Ville lui font concurrence. «La pire chose qui pourrait arriver, dit M.Masse, c'est que ça nous rende frileux dans nos projets au centre-ville et que ça rende frileux les citoyens de la rue Hanson, de l'autre côté.»

M.Masse a d'ailleurs l'intention de rencontrer les citoyens du secteur, au cours des prochaines semaines, de même que des responsables du domaine culturel et de la communauté d'affaires.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer