L'automobile domine toujours

L'étude révèle que les gens se déplacent de... (ÉTIENNE RANGER, LeDroit)

Agrandir

L'étude révèle que les gens se déplacent de plus en plus souvent entre les périodes de pointe du matin et du soir. La STO doit s'ajuster à cette nouvelle réalité, concède Patrice Martin. «Les progrès de la voiture se font dans cette période-là. Le Rapibus nous permettra de plonger entre les deux pointes et d'offrir un meilleur service durant la journée.»

ÉTIENNE RANGER, LeDroit

Partager

Malgré les efforts pour encourager le transport en commun et le vélo, plus de 70% des déplacements continuent de se faire en automobile dans la région d'Ottawa-Gatineau.

Toutes proportions gardées, les gens n'ont pas beaucoup changé leurs habitudes quotidiennes de déplacement entre 2005 et 2011, révèle une nouvelle étude divulguée hier sur les déplacements dans la capitale fédérale.

L'automobile, qu'on l'utilise comme conducteur ou comme passager, demeure le mode de transport privilégié par 71% des gens de la région qu'il s'agisse de se rendre au boulot ou de faire des emplettes. C'est la même proportion qu'en 2005.

Les parts modales de l'autobus et du vélo n'ont presque pas bougé depuis 6 ans.

Le transport en commun compte pour 14% du total des déplacements, soit une progression d'un pour cent par rapport à 2005.

Le vélo ne fait guère mieux avec une part modale qui passe de 1,32 à 1,79% durant la période. Les déplacements à pied, eux, sont en légère baisse bien que l'étude n'avance pas d'explications sur ce phénomène.

L'automobile demeure donc reine et maître sur les routes de la région, une réalité que les commanditaires publics de l'étude passent sous silence dans leur communiqué de presse.

On préfère insister sur le fait que l'utilisation du transport en commun a cru de 9% depuis 2005, soit plus vite que la voiture (4,7%). En chiffres absolus, les autorités ont raison. L'étude a recensé 32800 déplacements en autobus et 14900 trajets en vélo de plus qu'en 2005. Mais la forte croissance de la population, et donc du nombre de déplacements, explique en partie la hausse.

Réalisée tous les cinq ans en moyenne, l'enquête origine-destination permet aux autorités de mieux planifier le développement du transport en commun.

Celle-ci a été réalisée de septembre 2011 à novembre 2011 à partir de 25000 entretiens téléphoniques réalisés auprès de ménages de la région d'Ottawa-Gatineau et de la MRC des Collines-de-l'Outaouais.

Le président de la Société de transport de l'Outaouais (STO), Patrice Martin, retient surtout que les gens sont de plus en plus nombreux à prendre l'autobus. Entre 2005 et 2011, l'achalandage a crû de 17% à la STO. Résultat, selon lui, des investissements massifs consentis ces dernières années par la STO et la Ville de Gatineau dans son système de transport en commun.

«Depuis à peu près deux ans, on a rattrapé le retard pris à la suite de la réforme Ryan de 1992, dit-il. On se relève, mais ça va prendre d'autres outils pour poursuivre. Il y a le Rapibus qui s'en vient, la taxe sur les stationnements, plus tout ce qu'on fait au niveau du schéma d'aménagement pour favoriser la mobilité durable. On avait un rattrapage historique à faire et on y arrive», dit-il.

L'étude révèle que les gens se déplacent de plus en plus souvent entre les périodes de pointe du matin et du soir. La STO doit s'ajuster à cette nouvelle réalité, concède Patrice Martin. «Les progrès de la voiture se font dans cette période-là. Le Rapibus nous permettra de plonger entre les deux pointes et d'offrir un meilleur service durant la journée.»

Quant à la baisse de popularité des déplacements à pied, M.Martin juge que c'est une tendance inquiétante. Les distances à parcourir dans les nouveaux quartiers pour aller au dépanneur ou au supermarché expliquent peut-être ce déclin, dit-il.

Du côté d'Ottawa, le conseiller municipal Rainer Bloess, membre de la commission des transports, voit aussi des tendances positives dans l'étude. «On constate qu'environ 50% des déplacements en direction et en provenance du centre-ville (d'Ottawa) se font en autobus aux heures de pointe. Par contre, ce qui m'inquiète, c'est la baisse d'achalandage chez OC Transpo depuis la fameuse 'optimisation' des trajets.» L'élu du quartier Innes avait voté contre ce plan d'optimisation, en 2011, alléguant que les compressions de 20 millions étaient trop importantes.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer