Action Gatineau se tourne vers Québec

Maxime Pedneaud-Jobin, chef d'Action Gatineau, sait qu'il ne... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Maxime Pedneaud-Jobin, chef d'Action Gatineau, sait qu'il ne dispose pas d'un nombre suffisant d'appuis au sein du conseil municipal pour arriver à ses fins.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partager

Même si le prochain scrutin municipal approche à grands pas, Action Gatineau ne précipitera pas la tenue d'un vote pour faire adopter un système de colistier à la Ville de Gatineau.

Le chef du parti politique, Maxime Pedneaud-Jobin, sait qu'il ne dispose pas, pour le moment, d'un nombre suffisant d'appuis au sein du conseil municipal pour arriver à ses fins.

Un système de colistier permet au chef d'un parti politique de se présenter à la fois comme maire et comme conseiller lors d'une élection municipale. À Montréal, c'est ce système qui permet à Louise Harel et Richard Bergeron de siéger dans l'opposition même si les deux chefs de parti ont subi la défaite lors de la course à la mairie en 2009.

M.Pedneaud-Jobin, qui envisage de se présenter comme candidat à la mairie aux élections de 2013 à Gatineau, aimerait aussi pouvoir se présenter comme conseiller municipal dans sa circonscription de Buckingham conjointement avec un colistier. Mais la loi actuelle est ainsi faite que pour faire adopter un système de colistier, il lui faut une résolution appuyée par une majorité au conseil municipal.

Or comme son parti est minoritaire, M.Pedneaud-Jobin ne se fait guère d'illusions sur ses chances d'y parvenir d'ici au scrutin du 3novembre prochain. D'autant plus que plusieurs élus proches du maire Marc Bureau se sont déclarés publiquement contre le principe du colistier au cours des derniers mois.

Alors plutôt que de déposer rapidement une résolution au conseil municipal comme il le prévoyait à l'origine, Action Gatineau se tourne vers Québec. Il exhorte le gouvernement Marois à imposer un système de colistier dès lors qu'un parti politique en fait la demande sur la scène municipale.

«On a décidé de ne pas précipiter le vote sur le colistier, explique Maxime Pedneaud-Jobin. Il n'y a pas de presse. On attend des nouvelles de Québec. Une des choses que nous espérons, ce sont des changements législatifs. Pierre Moreau du Parti libéral a dit qu'il était favorable au colistier, Jacques Duchesneau de la Coalition Avenir Québec aussi et le bureau du ministre (des Affaires municipales) Sylvain Gaudreault nous dit qu'ils évaluent cela présentement.»

Plus de détails dans LeDroit du 9 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer