»À l'abri de rien» Gatineau prend «tous les moyens possibles»

Le maire Marc Bureau persiste et signe. Gatineau... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire Marc Bureau persiste et signe. Gatineau est bien outillée pour déceler les soumissions truquées, la collusion entre entrepreneurs et pour s'assurer qu'elle paie un juste prix pour les services qu'elle obtient.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partager

Sur le même thème

Le maire Marc Bureau persiste et signe. Gatineau est bien outillée pour déceler les soumissions truquées, la collusion entre entrepreneurs et pour s'assurer qu'elle paie un juste prix pour les services qu'elle obtient.

«Je ne dis pas être certain à 100% qu'on est pas touché [par la collusion], mais on prend tous les moyens possibles pour ne pas l'être», lance le maire de Gatineau. Invité à réagir, hier, face aux révélations faites par LeDroit voulant que trois firmes se sont partagées près de 40% des contrats de pavage, d'égouts et d'aqueducs au cours des 10 dernières années, le maire Bureau a admis que Gatineau «n'est pas à l'abri de rien», mais il s'est dit fier du travail accompli par son administration.

Marc Bureau a confirmé qu'il était au fait que près de 40% des contrats de pavage, d'égouts et d'aqueducs étaient essentiellement l'affaire de trois grandes firmes à Gatineau. «Ces firmes sont favorisées par rapport aux plus petites où à celles de l'extérieur parce qu'elles ont leur propre usine de production d'asphalte», a-t-il précisé.

Le maire explique que Gatineau a, d'une certaine façon, sa propre unité anti-collusion. «Six employés de la division de l'approvisionnement ont été formés spécialement pour détecter les soumissions truquées et les irrégularités, affirme-t-il. Gatineau est la ville au Québec qui profite du plus grand nombre d'employés ayant ce type de formation».

Une entreprise qui désire soumissionner pour un contrat à Gatineau doit aussi montrer patte blanche depuis janvier 2011. De fait, les entreprises doivent signer une déclaration confirmant qu'elles ne font partie d'aucun système de collusion, en plus de devoir démontrer qu'elles n'ont fait l'objet d'aucune condamnation en vertu de la Loi sur la concurrence.

«Nous prenons aussi la peine, périodiquement, de comparer les prix qui nous sont offerts avec ceux des autres villes de la province, ajoute M.Bureau. De cette façon, nous pouvons vraiment voir si nos prix sont trop élevés.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer