Même scénario avec les firmes de génie-conseil

Même si le nom de plusieurs de ces... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Même si le nom de plusieurs de ces firmes de génie a résonné à la commission Charbonneau, le maire Marc Bureau estime que Gatineau vit la même situation que plusieurs autres municipalités. «Ces firmes en mènent large partout à travers le Québec. Quant à savoir s'il y a un système d'organisé entre elles, je ne le sais pas.»

Patrick Woodbury, LeDroit

Partager

Les contrats municipaux de génie-conseil sont l'affaire d'un groupe de quatre firmes à Gatineau, les mêmes dont les bureaux ont été perquisitionnés, le mois dernier, par l'escouade Marteau à Laval.

Cima +, Dessau, Aecom/Tecsult et Genivar ont raflé plus de 80% des contrats de génie-conseil de la dernière décennie à Gatineau, révèle une compilation effectuée par LeDroit. Les quatre firmes de génie ont remporté presque 36 des 43 millions de contrats visant leur domaine d'expertise depuis 2002.

À elle seule, Cima +?a obtenu près de 16 millions de contrats durant la dernière décennie, plus du tiers des contrats octroyés par la Ville de Gatineau. Sa mainmise sur le marché, presque totale au début de la fusion, s'est estompée avec les années. Cima +?demeure toutefois un joueur majeur même s'il doit composer avec la présence grandissante de Tecsult (intégrée en 2008 par Aecom), Dessau et Genivar.

Notre compilation a établi que huit autres firmes de génie ont obtenu des contrats municipaux depuis 2002. Elles ont ramassé les miettes laissées par les quatre autres, obtenant à peine un peu plus de 15% des contrats.

Même si le nom de plusieurs de ces firmes de génie a résonné à la commission Charbonneau, le maire Marc Bureau estime que Gatineau vit la même situation que plusieurs autres municipalités. «Ces firmes en mènent large partout à travers le Québec. Quant à savoir s'il y a un système d'organisé entre elles, je ne le sais pas.»

Le fait que Gatineau confie 80% de ses contrats à un cercle restreint de firmes de génie n'indispose pas outre mesure M.?Bureau. Dans la mesure où, selon le maire, d'autres villes québécoises se retrouvent dans le même bateau. «Je ne peux pas dire qu'on trouve ça inquiétant. Et puis, il y a des gens compétents dans ces firmes-là», a-t-il déclaré.

Plus de détails dans l'édition du Droit du 20 décembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer