Les sinistrés de la rue Laurier se sentent abandonnés

«On traite encore les mal-logés et les gens... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

«On traite encore les mal-logés et les gens en état de crise comme des moins que rien», a déploré François Roy, le porte-parole de l'organisme.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partager

Jetés à la rue par l'incendie criminel de leur immeuble, une dizaine de sinistrés du 161, rue Laurier se sentent abandonnés par les autorités à Gatineau.

L'organisme Logemen'Occupe a convoqué la presse lundi matin pour dénoncer l'inaction de la Ville de Gatineau et de l'Office municipal d'habitation (OMH) dans ce dossier. «On traite encore les mal-logés et les gens en état de crise comme des moins que rien», a déploré François Roy, le porte-parole de l'organisme.

Après avoir été pris en charge par la Croix-Rouge dans les jours qui ont suivi l'incendie de leur immeuble, le 7 décembre, les sinistrés se sont fait offrir deux logements de dépannage de l'OMH à Hull. Une proposition qu'ils ont refusé considérant qu'ils auraient dû vivre dans la promiscuité et dormir sur des matelas gonflables. En outre, les logements étaient dépourvus de draps, de téléphone, de cuisinière et de la moindre trace de nourriture.

L'OMH se défend de ses traîner les pieds. «C'est un dossier qu'on traite en priorité», affirme son directeur, Mario Courchesne. Déjà trois sinistrés pourront bénéficier de suppléments au loyer d'urgence pour les aider à se reloger dans le privé. Quant aux autres, il reste de la paperasse à remplir avant d'en arriver là, dit-il.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer