Le Déjeuner du maire fait des petits

C'est à guichets fermés que s'est tenu le... (Simon-Séguin Bertrand, LeDroit)

Agrandir

C'est à guichets fermés que s'est tenu le Déjeuner du maire, hier matin. Environ 2000 convives ont dégusté le repas pour une bonne cause.

Simon-Séguin Bertrand, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Daniel LeBlanc

Ayant engrangé des recettes records de près de 150 000 $ pour les familles dans le besoin hier, le Déjeuner du maire voit le succès lui coller à la peau année après année à Gatineau. À tel point que le concept intéresse grandement deux autres grandes villes québécoises, Lévis et Trois-Rivières, a appris LeDroit.

Des fonctionnaires des deux endroits auraient eu des discussions formelles avec la Ville dans le but de créer un événement semblable. Bien sûr, le maire Marc Bureau n'a pas caché sa satisfaction de savoir que le concept initié en 1993 fait des petits. Cette année, l'argent récolté permettra de distribuer 1250 paniers de Noël à 4000 personnes.

C'est à guichets fermés que se sont tenus les deux services du déjeuner au Hilton Lac-Leamy, environ 2000 convives ayant dégusté un repas pour la cause. « Je suis très satisfait, c'est un grand succès », a lancé le maire, ajoutant qu'on ne peut rien prendre pour acquis. « On est chanceux, surtout quand on regarde par exemple la campagne de Centraide, qui fonctionne un peu au ralenti. »

« Ça va bien », assure le président de la Corporation du Déjeuner, Jean-Pierre Chabot. « Mais ce qu'on constate, c'est que les entreprises doivent rationaliser un peu leurs activités, par exemple la valeur de leurs commandites. Leur nombre augmente, mais le montant des commandites diminue. »

D'après M. Chabot, le nombre de familles aidées pourrait augmenter. Mais la logistique nécessaire à l'événement limite la croissance. « On est déjà dans le plus grand endroit possible et on offre deux services. Passer à trois services serait épouvantable. »

Au total, 300 bénévoles ont mis la main à la pâte lors du déjeuner d'hier.

De bien beaux souvenirs

Marraine de l'événement, la femme d'affaires Nancy Raymond ne regrettait pas une seconde d'avoir épousé la cause. « Ce qui se cache derrière cette activité, c'est beau à voir, en particulier la confection des paniers. [...] Honnêtement, tout le monde devrait faire ça au minimum une fois dans sa vie », soutient la pdg de Première Générale. Elle-même a des souvenirs de lorsqu'elle y venait dans sa jeunesse. « Quand on était plus jeune, mon père insistait pour qu'on vienne manger. [...] C'était très familial à l'époque. C'est d'ailleurs ce qu'on veut ramener. »

Pour le grand manitou du Déjeuner, Gilles Marcoux, les deux dernières décennies regorgent d'anecdotes. « Je me rappelle au début quand ça se tenait à la Maison du citoyen. On se levait à 3 h du matin et on allait chercher les cafetières dans les parcs et centres communautaires. Je suis même déjà allé chercher en catastrophe des ustensiles en plastique dans un Dollarama. Ah ! On a eu du plaisir, mais aujourd'hui, c'est merveilleux, on roule en Cadillac », raconte-t-il avec passion.

Les paniers de Noël seront distribués samedi prochain à partir d'un entrepôt dans l'aéroparc de Gatineau. Des autobus de la STO et des camions de Postes Canada seront mis à contribution.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer