Action Gatineau acceptera les dons de 1000$

Le chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partager

Sous le couvert d'une activité gratuite, le parti Action Gatineau sollicitera des dons pouvant aller jusqu'à 1000$, ce soir, lors d'une conférence de Claude Béland.

Dans ses principes de gouvernance, Action Gatineau s'engage pourtant à limiter à 100$ le coût d'un billet à une activité de financement. Le chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, ne voit aucune contradiction entre l'énoncé du parti et l'organisation de l'activité de ce soir.

«C'est une conférence gratuite où on invite les gens à faire des dons s'ils le veulent. Toute la nuance est là, dit M.Pedneaud-Jobin. Des partis font des coquetels à 500$ le couvert. Et si tu n'as pas 500$, tu ne peux pas rentrer. C'est là le problème: le phénomène du club privé. Nous, on veut que l'accès à nos activités soit le plus grand possible.»

Action Gatineau attend une cinquantaine de personnes à la conférence de Claude Béland. L'ancien président du Mouvement Desjardins doit présenter une conférence sur le thème de la réforme des institutions démocratiques au pavillon Taché de l'UQO. Sur sa page Web, Action Gatineau précise que «bien qu'il s'agisse d'une activité de financement, les membres, les observateurs et tous les citoyens sont les bienvenus». Le parti ajoute que des solliciteurs autorisés seront présents pour recueillir les dons faits par chèque. «Ceci dit, je ne m'attends pas à faire 300000$ avec cette activité-là», tempère M.Pedneaud-Jobin.

Malgré la controverse entourant le financement des partis politiques au Québec et sa promesse de faire les choses autrement, le nouveau parti Action Gatineau acceptera donc les dons pouvant aller jusqu'à 1000$ de la part de ses sympathisants. C'est le maximum permis par la Loi. Et il en restera ainsi jusqu'au dépôt du projet de loi du gouvernement Marois pour plafonner les dépenses électorales, confirme M.Pedneaud-Jobin. «Le projet de loi ne concerne pour l'instant que le provincial. Nous verrons le contenu du prochain projet de loi avant de statuer. Il faudra voir ce qu'il réservera aux nouveaux partis.»

Incohérence

Aux yeux du conseiller Alain Riel, un de ses plus virulents adversaires à la table du conseil municipal, M.Pedneaud-Jobin fait encore une fois preuve d'«incohérence». À plusieurs reprises depuis la création d'Action Gatineau, M.Pedneaud-Jobin a insisté sur l'importance de faire de la politique autrement, et de limiter les dépenses des partis politiques qui les rendent vulnérables au trafic d'influence et à la corruption.

«Ça fait des semaines qu'il nous casse les oreilles en voulant limiter les dons à 100$ pour lutter contre la corruption, déclare M.Riel. Et là, on apprend qu'il accepte des dons de 1000$ et qu'il faut faire vite avant que la loi change. C'est la même chose pour le fonds des communautés. Il pleurnichait dans les médias en se disant contre, mais il est le premier à le promettre. C'est toute une nouvelle façon de faire de la politique.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer