Aucun projet à l'abri, avertit Bergeron

«Il va maintenant y avoir, ce qu'il n'y...

Agrandir

«Il va maintenant y avoir, ce qu'il n'y avait pas auparavant, priorisation des projets (d'infrastructures)», a déclaré samedi le ministre Bergeron, en marge du Gala des gens d'affaires de la Chambre de commerce de Gatineau, lors duquel il a entre autres rencontré le maire Bureau.

Partager

Le centre multifonctionnel, l'agrandissement du Cégep de l'Outaouais, le prolongement du Rapibus. Aucun de ces importants projets n'est à l'abri des compressions prévues dans le dernier budget du gouvernement Marois dans l'enveloppe dédiée aux investissements publics en infrastructures.

«Je ne peux vous donner aucune assurance sur aucun projet, puisque le gouvernement a procédé à une révision de l'ensemble des projets», a déclaré samedi le ministre responsable de l'Outaouais, Stéphane Bergeron, en marge du Gala des gens d'affaires de la Chambre de commerce de Gatineau. «Il va maintenant y avoir, ce qu'il n'y avait pas auparavant, priorisation des projets. Et on va s'assurer que quand on va en inscrire dans l'ordre des priorités, il va y avoir des budgets associés à leur réalisation.»

De tous les grands chantiers sur la table à Gatineau, c'est celui du centre multifonctionnel qui semble avoir - de loin - le plus de chance de recevoir l'indispensable coup de pouce de Québec. Il s'agit également du projet le plus avancé dans l'appareil gouvernemental.

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, a annoncé lors du dépôt de son budget que son gouvernement n'allait pas dépenser plus de 9,5 milliards$ par année pour les projets d'immobilisation et d'infrastructures, soit 1,5 milliard$ de moins que sous les libéraux.

Optimiste pour Guertin

«C'est sûr que Guertin [...] le projet est en évaluation (à Investissement Québec), il y a toutes les raisons de penser que celui-là devrait aller de l'avant, mais peut-être pas dans les délais souhaités par les autorités municipales.»

Le ministre s'est aussi fait rassurant concernant le Rapibus, dont la facture pour le prolongement jusqu'au boulevard Labrosse s'élève à plus de 30 millions de dollars. «Le ministre des Transports a indiqué qu'il souhaitait prioriser les projets structurants de transport en commun. Normalement, un projet comme celui-là devrait répondre aux objectifs du ministère.»

Plus de détails dans LeDroit du 26 novembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer