Guerre de clochers à la Ville de Gatineau

Luc Montreuil... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Luc Montreuil

Archives, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Le sort de la gare patrimoniale de Masson-Angers a continué de produire des flammèches, mercredi, à Gatineau. Après avoir subi les foudres de Stefan Psenak, le conseiller Luc Montreuil a vertement invité son jeune collègue à se mêler de ses affaires.

Dans une sortie mardi soir, M. Psenak a blâmé M.Montreuil pour son inaction dans le projet de revitalisation de la gare de Masson-Angers, un bâtiment patrimonial qui tombe en ruines. À titre de conseiller de Masson-Angers, M. Montreuil devrait être aux premières lignes pour préserver l'immeuble construit en 1877, a fait valoir M.Psenak.

Or mercredi, M.Montreuil ne s'est pas gêné pour relancer la balle à M.Psenak. Il en a lui-même plein les bras, dans son quartier d'Aylmer, avec un projet pour revitaliser les vestiges de l'église Saint-Paul, incendiée par une main criminelle en juin 2009. «Quand je suis passé devant l'église Saint-Paul en fin de semaine, j'ai remarqué qu'un mur penche dangereusement vers l'intérieur. Alors avant de regarder dans ma cour, qu'il regarde dans la sienne. C'est aussi simple que cela», a indiqué M.Montreuil.

Le conseiller de Masson-Angers s'est aussi défendu d'avoir fait preuve de laxisme dans ce dossier. Il a rappelé qu'un projet pour transformer l'ancienne gare en économusée du chocolat a failli aboutir en 2009. Mais la Ville n'a jamais pu réunir les 1,6 million nécessaires pour le mener à terme. Le projet d'économusée s'est finalement retrouvé à l'ancienne gare de Montebello. Aujourd'hui, M. Montreuil verrait bien une bibliothèque s'installer dans la gare de Masson-Angers, voire une salle d'exposition et une résidence d'artiste. Mais sans un promoteur intéressé à investir dans le projet, rien de tout cela n'est possible, a-t-il rappelé.

Le maire Marc Bureau s'est porté à la défense de M.Montreuil. À son avis, M.Psenak y est allé «d'affirmations un peu gratuites» en laissant entendre que rien n'avait été accompli pour sauvegarder l'ancienne gare. La Ville de Gatineau a tenté d'intéresser des partenaires à un projet de réfection. «Mais le seul partenaire qui était prêt à mettre de l'argent, (...) c'était la Ville de Gatineau», a-t-il rappelé.

Plus de détails dans LeDroit du 11 octobre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer