«Ridicule», dit Pedneaud-Jobin

Autre convocation de dernière minute

Maxime Pedneaud-Jobin, conseiller de Buckingham... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Maxime Pedneaud-Jobin, conseiller de Buckingham

Archives, LeDroit

À peine sept jours pour se préparer à une consultation publique, c'est « ridicule », estime le conseiller gatinois Maxime Pedneaud-Jobin. Lundi dernier, Gatineau publiait un communiqué pour inviter « ses citoyens à élaborer son plan de gestion des arbres et des boisés ». L'activité, baptisée « atelier de discussion », est prévue pour ce lundi, une semaine après la publication du communiqué.

« Voici une autre consultation importante convoquée à la dernière minute, a dénoncé le conseiller. Donner sept jours aux gens et aux organismes pour se préparer, c'est ridicule. »

L'horaire de la soirée prévoit « une brève présentation sur le portrait de la situation et les défis », afin de préparer les citoyens et organismes présents à l'atelier de discussion. « L'objectif de cet exercice est d'aider la Ville à prioriser les orientations et les objectifs du futur plan » de gestion des arbres et des boisés, explique la Ville dans son communiqué. Le service des communications a indiqué hier qu'« il s'agit de la seule consultation prévue » dans ce dossier.

« Ça n'a pas de bon sens, s'insurge M. Pedneaud-Jobin. En plus, c'est une période occupée pour bien des gens, avec la fin de l'école et tout. À sept jours d'avis, ce n'est pas vrai que c'est une consultation valable où on respecte le citoyen. Il aurait fallu repousser ça à l'automne. »

Le conseiller du district de Buckingham estime qu'un délai d'« au moins trois semaines à un mois » est nécessaire pour laisser le temps aux gens qui souhaitent participer à une consultation publique de s'y préparer adéquatement. « Ce n'est pas pour rien que les gens ne viennent pas à nos consultations, lance-t-il. Il y a une part de blâme qu'on doit prendre aussi, quand on ne communique pas les enjeux. »

Ce n'est pas la première fois que de courts délais sont observés entre une convocation et une consultation publique. Ce fut notamment le cas dans le dossier du réaménagement urbain de la rue Montcalm.

La directrice générale du Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais (CREDDO), Nicole DesRoches, endosse la position de Maxime Pedneaud-Jobin. Non seulement la convocation s'est faite tardivement, mais les nombreux événements organisés en juin provoquent des conflits d'horaires, souligne-t-elle. Elle-même ne pourra pas être présente lundi soir à la consultation sur le plan de gestion des arbres et des boisés de la Ville, puisque l'assemblée générale de l'Agence Bassin Versant des 7 a lieu simultanément. « Je trouve ça un peu plate, parce qu'il y a beaucoup de gens qui ne pourront pas être présents, déplore Mme DesRoches. Je trouve ça malheureux, d'autant plus que c'est une consultation centrale. C'est quand même important, ce n'est pas comme s'il y avait plusieurs ateliers prévus. »

L'activité de consultation au lieu lundi soir, de 18 h 30 à 21 h, dans la salle Notre-Dame A et B de l'hôtel Four Points, Sheraton, au 25 rue Laurier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer