Du soutien, du répit et un agrandissement

La ministre Lucie Charlebois, la ministre Stéphanie Vallée... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

La ministre Lucie Charlebois, la ministre Stéphanie Vallée et la députée Maryse Gaudreault

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le plan d'action de 29 millions $ du gouvernement du Québec pour soutenir les personnes et les familles touchées par le trouble du spectre de l'autisme se traduira par un investissement annuel de 1,2 million $, en Outaouais, au cours des cinq prochaines années.

« Nous voulons faire une différence pour ces personnes et leur famille, de l'enfance jusqu'à l'âge adulte. Leur quotidien comporte des défis et nous voulons les accompagner dans toutes les étapes importantes », a souligné la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, qui était de passage à Gatineau vendredi.

Québec accorde du même souffle 88 500 $ d'un budget de 11 millions $ pour la mise en place du plan d'action afin de réduire de 45 % les listes d'attente à l'échelle du Québec. En Outaouais, depuis 18 mois, le nombre de demandes est en hausse constante, passant de 100 à plus de 260 demandes par année. Plus de 50 demandes de soutien sont actuellement à l'étude, a souligné Jean Dansereau, directeur du programme de déficience intellectuelle et du spectre de l'autisme au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO). Dans 90 % des cas, il s'agit d'enfants.

L'argent servira à augmenter le nombre d'enfants de moins de 5 ans qui bénéficieront du programme d'intervention comportementale intensive et de services de réadaptation. Il doit aussi augmenter le nombre de famille pouvant obtenir des services de répit et de dépannage. Une équipe de sept professionnels sera mise sur pied.

La directrice générale de Trait d'Union, Jocelyne Sylvestre, souligne que leur financement n'a pas augmenté depuis trois ans, alors que le nombre de familles inscrites est passé de 150 à 350.

« Nous avons hâte de voir ce qui sera réservé à des groupes comme le nôtre. Il y a beaucoup d'enfants en attente de soutien. Nous espérons que le projet d'intervenant pivot se réalisera rapidement et qu'il y aura une meilleure coordination des réseaux », a souligné Mme Sylvestre.

Agrandissement du Complexe Héritage

Par ailleurs, deux nouvelles unités de vie ouvertes pourront héberger 28 jeunes en difficultés d'adaptation de 12 à 17 ans dans le cadre d'un projet d'agrandissement du Complexe Héritage, rue Freeman à Gatineau.

Le projet de 4,9 millions $, dont le financement sera assuré par la CISSSO avec une contribution de 350 000 $ de la Fondation Santé Gatineau, a été inauguré lors du passage de la ministre Charlebois, en présence des députés libéraux de la région.

Les travaux ont déjà commencé et devraient être terminés en février 2018. On prévoit l'intégration des jeunes dans les nouvelles unités lors de la rentrée scolaire au début de septembre 2018.

Les travaux prévoient la construction de deux unités de vie ouvertes qui pourront héberger 12 jeunes chacune, avec l'aménagement de salles, cuisine et autres commodités. Quatre autres places seront également créées grâce à l'aménagement de locaux déjà existants au Complexe Héritage, portant la capacité totale à 52 places avec quatre unités de vie ouvertes et un centre jour. 

Les jeunes auront accès à proximité aux différents services offerts par des professionnels du réseau de la santé et des services sociaux, notamment à des psychologues.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer