Vague de licenciements chez TV Rogers

L'animatrice Ginette Gratton a été mise à pied... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

L'animatrice Ginette Gratton a été mise à pied ainsi que le directeur de la station Rogers Ottawa à la suite de compressions effectuées sur l'ensemble du réseau ontarien.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le couperet tombe de nouveau dans l'industrie des médias : TV Rogers d'Ottawa vient de procéder à l'abolition de trois postes à son antenne francophone, résultat des compressions effectuées un peu partout à travers son réseau ontarien. 

Le directeur de la station David Richard ainsi que l'animatrice Ginette Gratton ont été mis à pied, a appris Le Droit. 

D'autres coupures d'emplois auraient été effectuées à l'antenne anglophone de Rogers dans la capitale fédérale. 

Dans la région de Toronto, la clé a été mis dans la porte de la télé communautaire Rogers basée à Mississauga, entraînant la supression d'une quinzaine d'emplois.

À la barre de l'émission Ginette Gratton reçoit durant six ans à raison de 140 épisodes par an et qui animait depuis peu l'émission Entre nous, Ginette Gratton a indiqué qu'elle était certes déçue mais loin d'être amère de la décision.

« On s'attendait à ça, il y a des coupures partout. Je trouve ça triste pour ma communauté de qui j'étais très proche. Pour moi, c'était un grand plaisir de faire une émission à l'image de cette communauté-là. Mais de mon côté, je vais faire autre chose, ce n'est pas plus compliqué. Je vais passer à d'autres projets et je trouverai d'autres plateformes, je n'ai pas l'intention de tout laisser tomber. Rencontrer des gens et les faire parler de ce qui les passionne, c'est ce que je fais de mieux dans la vie », a-t-elle lancé au bout du fil. 

Cumulant trois décennies d'expérience dans la sphère médiatique, Mme Gratton était à l'emploi de Rogers depuis 2005, mais elle avait quitté ses fonctions le temps de quelques mois pour oeuvrer à la direction des communications à La Cité. Elle a également animé l'émission Pour tout l'amour du monde, recevant plus de 2400 invités sur son plateau.

« Une télévision communautaire, pour moi, c'est tellement primordial. Nous diffusions sur plusieurs plateformes comme Youtube ou encore Facebook en direct. Mais la communauté ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'elle devait être là pour appuyer et défendre cette télé-là. Avec les règlements du CRTC, la télé communautaire est financée par pourcentage du câble de base, alors chaque fois que quelqu'un se désabonne du câble, ça diminue le budget. Les budgets ont baissé énormément. Ça ne veut pas dire que j'approuve la décision, mais je comprends comment fonctionne l'entreprise », de dire Ginette Gratton. 

La direction de Rogers n'avait toujours pas retourné les appels du Droit au moment d'écrire ces lignes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer