Près d'un demi-million pour le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau

La Dre Anne-Marie Bureau... (Martin Roy, Archives Le Droit)

Agrandir

La Dre Anne-Marie Bureau

Martin Roy, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'était un jour historique pour le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau (CPSG) lundi. Après avoir toujours été contraint à se tourner vers l'autofinancement pour offrir ses services, l'organisme reçoit pour la toute première fois une aide gouvernementale, Québec lui accordant la somme de 466 000 $.

Une subvention de 270 400 $ est octroyée au Centre de pédiatrie sociale situé dans le Vieux-Gatineau, tandis que celui ayant pignon sur rue dans le Vieux-Hull se voit remettre une aide financière de 195 100 $, ont annoncé conjointement les députés Marc Carrière et Maryse Gaudreault.

L'argent provient de l'enveloppe de 20 millions $ étalée sur quatre ans accordée l'automne dernier à la Fondation du Dr Julien, dont le réseau compte 24 centres de pédiatrie sociale à travers la Belle Province.

Selon la directrice clinique, Dre Anne-Marie Bureau, comme près de 800 enfants sont actuellement aidés par l'organisme à Gatineau et que ce nombre croît à la vitesse grand V, ce financement tombe à point. Jusqu'à ce jour, c'est grâce aux dons de la communauté d'affaires et de la population que le CPSG réussissait à poursuivre ses opérations. 

La somme correspond grosso modo au tiers des besoins financiers du CPSG. 

« Ce qu'on va faire avec cet argent-là, c'est développer de nouveaux services. On a dû laisser tomber temporairement nos services de musicothérapie et d'art-thérapie, maintenant on pourra les retrouver. Nous sommes une toute petite équipe clinique pour nos enfants, donc ça va permettre d'embaucher de nouveaux intervenants et de développer de nouveaux services dans notre programmation. Quand on est une aussi petite équipe et qu'on doit couvrir cinq jours semaine et idéalement sept, il faut comprendre que chacun des intervenants travaille non seulement le jour, mais également des soirées et qu'il y a une limite à ce que l'on peut faire », a-t-elle lancé.

Les deux députés de la région, qui disent avoir toujours été sensibles à l'égalité des chances, ont versé environ 110 000 $ au CPSG ces sept dernières années, mais le montant provenait essentiellement du programme de soutien à l'action bénévole, qui permet à un député de soutenir financièrement des activités d'organismes à but non lucratif de sa circonscription. 

« Ça fait une grande différence dans la vie des jeunes plus vulnérables de l'Outaouais, qui ont besoin d'accompagnement. Et on le sait, les centres de pédiatrie sociale sont des centres de proximité. On y va à pied et on débarque quand on veut, il y a toujours quelqu'un qui est là pour nous accueillir », de dire Maryse Gaudreault.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer