Suicide: les hommes de l'armée de terre plus à risque

Les hommes de l'Armée de terre présentent un risque de suicide nettement accru... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les hommes de l'Armée de terre présentent un risque de suicide nettement accru par rapport aux autres militaires de la Défense nationale.

Selon le rapport sur la mortalité par suicide dans les Forces armées canadiennes (1995 à 2015), les taux de suicide n'ont pas augmenté de façon marquée avec le temps, et ils ne sont pas plus élevés que ceux de la population canadienne selon les différents niveaux d'âge. 

En 2015, 14 suicides chez les hommes de la Force régulière, 1 suicide d'une femme et 3 suicides de réservistes ont eu lieu. Le rapport ne porte que sur l'analyse des suicides chez les hommes notamment en raison de données incomplètes chez les deux derniers groupes.

Ainsi, le taux brut de suicide chez les hommes de la Force régulière était, en 2015, de 24,9 par 100 000, ce qui indique qu'il n'y a pas de changement statistiquement important pour la période 1995-2015. 

Par contre, on note que pendant la période de 2002 à 2015, le taux de suicide parmi les hommes de la Force régulière du commandement de l'Armée était de 33,32 par 100 000, nettement plus élevé que les autres commandements qui s'élevait à 13,08 par 100 000. 

Dans près de 64% des cas, les personnes avaient plus d'un facteur de santé mentale. Ainsi, 6 personnes souffraient d'un trouble dépressif documenté, autant avaient des troubles liés à l'utilisation de substance. Trois personnes souffraient d'un trouble lié à des traumatismes et à l'état de stress post-traumatique. 

Trois personnes qui souffraient de stress post-traumatique avaient reçu le diagnostic plus d'un an avant leur suicide.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer