En mission pour les anciens combattants

Emily Canning, Jeff Murphy et les autres bénévoles... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Emily Canning, Jeff Murphy et les autres bénévoles de VETS Canada aident les anciens combattants et les ex-membres de la GRC sans-abri à trouver les outils nécessaires pour se reprendre en main.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un geste humanitaire simple, mais combien important.

Il est répété chaque mois. Mais samedi, à moins d'une semaine du jour du Souvenir et dans le cadre de la Semaine des vétérans, la marche pour trouver des anciens combattants itinérants revêtait un caractère spécial pour plusieurs bénévoles de l'organisation VETS Canada. 

Ceux-ci ont marché dans les rues d'Ottawa vers trois destinations, soit l'Armée du Salut, les Bergers de l'Espoir et la Mission d'Ottawa. Le but de la mission : aider les anciens combattants et ex-membres de la GRC sans-abri, et leur donner l'occasion et les outils nécessaires pour se reprendre en main. 

Dans le sac à dos des bénévoles se trouvait des cartes-cadeau Tim Hortons, des billets d'autobus, des boîtes à jeu, des chaussettes, des barres tendres et des barres protéinées. 

L'objectif de VETS Canada est d'aider ces personnes à se trouver un emploi, de les mettre en communications avec le ministère des Anciens combattants et de leur trouver un logis. Certains seront placés dans un hôtel et on leur donnera de la nourriture et des vêtements. « Ce sont mes frères et mes soeurs qui sont là, dehors, et qui ont besoin d'aide », a résumé Jeff Murphy, un ancien de la Marine canadienne. 

« Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux, nous ne sommes pas des professionnels, nous sommes juste des gens qui ont vécu les mêmes expériences que ceux-ci ont vécues dans le passé. Nous avons choisi de servir notre pays, et pour des raisons difficiles à expliquer, nos vies ont pris des chemins différents, et ils ont besoin d'aide », a continué M. Murphy.

« Après les avoir trouvés, on continue de les suivre, et nous travaillons pour les aider vers une meilleure vie », a-t-il ajouté.

Ces opérations de sauvetage sont financièrement rendues possibles grâce à la vente de coquelicots.

Ce ne sont pas toutes les personnes rencontrées qui veulent de l'aide, a toutefois signalé Bruce Kane, officier de services à la Légion Montgomery, à Ottawa. Et, a-t-il ajouté, ce ne sont pas tous les vétérans qui veulent faire affaire avec le ministère des Anciens combattants.

« Plusieurs vétérans souffrent de troubles mentaux. Ils n'aiment pas la structure d'Anciens combattants. C'est très formel. Nous les aidons. Nous les accueillons, nous leur offrons un café, de la nourriture, et nous leur parlons. Nous leur disons ce qu'on peut faire pour eux. Ils doivent cependant travailler avec Anciens combattants parce qu'il y a une pension et d'autres choses comme ça », a expliqué M. Kane.

Il y a des histoires à succès. M. Kane a donné l'exemple d'un ancien combattant qui voulait mettre fin à ses jours. Après avoir reçu de ses conseils, l'homme a obtenu l'aide d'Anciens combattants Canada et a repris confiance en la vie.

« Son gros problème était avec la reconnaissance de son travail. Il souffre du trouble de stress post-traumatique. Il ne sentait pas que le public appréciait ce que les militaires font pour eux. C'était son gros problème. C'est un gros problème pour bien des gens », a expliqué M. Kane, précisant que l'individu sent maintenant que la population a une appréciation de son travail, quelque chose qu'il constate lorsqu'il porte sa veste de militaire.

VETS Canada est venu à l'aide de 1400 anciens combattants en crise, depuis 2010.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer