La rivière des Outaouais polluée par des microplastiques

Les microbilles passent à travers les filtres des... (Photo tirée du site Lake Ontario Waterkeeper )

Agrandir

Les microbilles passent à travers les filtres des systèmes de traitement d'eaux usées et aboutissent dans les lacs, les rivières et les fleuves.

Photo tirée du site Lake Ontario Waterkeeper 

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

La rivière des Outaouais présente des taux de polluants microplastiques plus élevés que ceux qui figurent dans certaines recherches menées dans les océans, rapporte une étude publiée lundi.

L'analyse réalisée par des chercheurs de l'Université Carleton et du groupe Sentinelle de la rivière des Outaouais révèle que des microplastiques, définis comme des fragments, des fibres et des microbilles en plastique ayant un diamètre d'au plus 5 millimètres, ont été trouvés à chacun des 58 sites d'échantillonnage d'eau en amont et en aval de l'usine de traitement des eaux usées d'Ottawa, et à différents endroits sur 550 kilomètres de la rivière, depuis le lac Témiscamingue jusqu'à Hudson, au Québec.

Puisque ces polluants sont en plastiques, ils ne se dégradent pas, mais s'accumulent dans l'eau, les sédiments et la chaîne alimentaire.

L'analyse note aussi que les concentrations de microplastiques mesurées dans la rivière des Outaouais sont semblables à celles observées dans les affluents des Grands Lacs et dans les grandes rivières européennes. 

Les concentrations les plus élevées se trouvent dans la région d'Ottawa-Gatineau, précisent les chercheurs.

«L'étendue de ce type de pollution, en plus du fait que nous n'en savons que très peu sur les impacts à long terme pour la santé de la rivière et la santé humaine, est inquiétante», a signalé Meaghan Murphy, experte scientifique de Sentinelle de la rivière des Outaouais, et l'une  des principales chercheurs de l'étude.

L'étude a aussi constaté que les concentrations de microbilles sont près de 16 fois plus fortes directement en aval de l'usine d'épuration des eaux usées d'Ottawa, ce qui indique, selon les scientifiques, que l'usine représente une source importante de pollution par microbilles de la rivière.

Les États-Unis ont interdit la vente et l'emploi de microbilles, que l'on trouve notamment dans les produits de soins personnels, en décembre 2015. Le gouvernement du Canada est en voie d'interdire les microbilles d'ici décembre 2017.

«L'interdiction des microbilles représentera une grande victoire pour les cours d'eau du pays», a indiqué le directeur général de Sentinelle de la rivière des Outaouais, Patrick Nadeau, précisant toutefois qu'elles continueront de polluer les cours d'eau jusqu'à la mise en oeuvre de l'interdiction.

Il s'agissait de la première étude sur ces types de polluants dans la rivière des Outaouais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer