Pour le droit d'allaiter en public

La séance avait entre autres comme objectif de... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La séance avait entre autres comme objectif de promouvoir et normaliser l'allaitement en public et d'informer les femmes qui nourrissent leur enfant au sein qu'il existe des ressources pour les soutenir.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

Un peu plus de 80 mères et bébés ont répondu samedi au Défi allaitement organisé par le regroupement Naissance-Renaissance Outaouais aux Promenades Gatineau.

Quelques pères ont accompagné maman et bébé à l'événement qui s'inscrivait dans le cadre de la Semaine mondiale de l'allaitement maternel.

Cette séance d'allaitement collectif avait comme objectif de promouvoir et normaliser l'allaitement en public, d'informer les femmes qui nourrissent leur enfant au sein qu'il existe de l'aide et de l'appui, et à lutter contre la stigmatisation des femmes qui nourrissent naturellement leur enfant en public.

« Les mères n'ont pas besoin d'une section réservée. Elles ont besoin d'être accueillies partout où elles sont. C'est normal, c'est une façon normale de nourrir son bébé », a plaidé Sylvie Gauthier, organisatrice de l'événement, tout en rappelant qu'un jugement de la Cour suprême du Canada a reconnu le droit à la femme d'allaiter n'importe où, n'importe quand.

« Il n'y a personne qui peut dire 'je te permets d'allaiter', parce qu'allaiter est un droit acquis », a souligné Mme Gauthier.

Sasha Gaudreault-Rowe, une mère de cinq enfants de Gatineau, tous allaités, était présente à l'événement pour allaiter bébé Guillaume. Elle a tenu à participer à l'activité pour normaliser le geste.

« Je me suis déjà fait montrer une salle de bain. J'ai refusé. Je me suis déjà fait dire que je ne pouvais pas allaiter à tel endroit. On m'a déjà regardé de travers, évidemment, mais c'est la vie. J'ai le droit d'allaiter ou je veux et quand je veux », a expliqué Mme Gaudreault-Rowe, qui participait samedi à son neuvième Défi allaitement.

Si elle se sent à l'aise dans de telles circonstances, Sasha Gaudreault-Rowe sait que beaucoup de mamans ne le sont pas. 

« Elles ont de la difficulté parce qu'elles se sentent jugées. C'est dommage pour ces mères, car lorsqu'elles se font dire d'aller à la salle de bain, elles vont s'asseoir sur la toilette pour allaiter. C'est dommage qu'elles se sentent obligées d'obtempérer. Il faut que l'on comprenne qu'on peut allaiter où on veut », a indiqué Mme Gaudreault-Rowe.

« Plus ce sera normal dans notre société, moins les femmes se sentiront stigmatisées si elles allaitent en public », a renchéri Mme Gauthier.

Mme Gaudreault-Rowe souhaite que de telles activités permettent à des entreprises d'être plus ouvertes aux mères qui allaitent, et qu'on leur offre un service aussi simple qu'une chaise pour allaiter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer