Plus de 23 000 coureurs au pas

Jeunes ou moins jeunes, en famille ou seuls,... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Jeunes ou moins jeunes, en famille ou seuls, militaires ou civils, en santé ou blessés: nombreux ont été ceux qui ont affronté l'humidité accablante de dimanche pour courir dans les rues de la capitale.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

Plus de 23 000 personnes ont participé à la 9e Course de l'armée du Canada, dimanche matin, dans les rues d'Ottawa et de Gatineau. Une épreuve grandiose et familiale où les coureurs ont affronté un adversaire de taille : un taux d'humidité de 100 %.

C'est pour de bonnes causes que jeunes et moins jeunes, en famille, entre amis ou seuls, se sont inscrits à l'activité qui comprenait une épreuve de 5 km et un demi-marathon. 

Depuis 2008, la Course de l'armée du Canada a permis d'amasser plus de 1,6 million $ à l'appui des programmes de soutien financier aux militaires malades et blessés, et aux familles des militaires dans le besoin.

Fred Connor, un ancien militaire qui réside à Wawanesa, au Manitoba, a terminé en troisième place dans la catégorie des personnes blessées ou malades dans le demi-marathon. Affligé par des maux de dos et de genoux, des commotions cérébrales et un trouble de stress post-traumatique, il a fait l'épreuve sur son vélo couché. C'était la sixième fois qu'il y participait.

« Soyons francs, c'est un événement incomparable. On voit de nouveaux visages, d'anciens militaires avec qui on a servi. C'est un événement positif où les gens s'appuient les uns les autres, peu importe votre blessure ou ce qui se passe dans votre vie. Y a des gens ici pour vous appuyer », a indiqué celui qui a notamment servi à Chypre et en Bosnie.

Nicolas Gauthier, 21 ans, d'Ottawa, était l'un des participants à l'épreuve du 5 km. Il l'a complété en 18 minutes, un record personnel, a-t-il souligné. « Je m'entraîne pour les triathlons à longueur d'année, a-t-il précisé après avoir franchi le fil d'arrivée. Cette course est un bel événement, c'est proche, et je me suis dit que c'était une belle occasion de m'entraîner. [...] L'humidité a été un gros facteur, a-t-il concédé. Tu fatigues plus vite, t'as chaud, tu transpires plus. »

Richard Fortin, de Gatineau, et ses trois jeunes enfants ont aussi participé au 5 km. La Course de l'armée est une activité qui clôture bien la saison des activités familiales d'été, a-t-il signalé. « On fait beaucoup de courses à pied, de soccer, de vélo et plein d'autres activités physiques », a-t-il expliqué au terme de l'épreuve, peu de temps avant que sa femme Stéphanie Haddad entreprenne le demi-marathon.

Plusieurs personnes ont complété le 5 km avec leur bambin dans une poussette, comme quoi l'événement s'en veut un familial.

La première course a eu lieu le 21 septembre 2008. Quelque 7000 civils et militaires y avaient pris part.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer