Main tendue entre Autochtones et Gatinois

L'aînée autochtone Annie Smith St-Georges et la musicienne Kathia... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'aînée autochtone Annie Smith St-Georges et la musicienne Kathia Rock tout juste avant de monter sur la scène de l'événement Autochtonie Gatin-O-Aki.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans les derniers mois, la commission Vérité et réconciliation a brossé le sombre portrait des torts imposés à des générations d'autochtones canadiens et des enquêtes journalistiques ont soulevé les problèmes qui subsistent à Val-d'Or et à Attawapiskat. À Gatineau, samedi, des membres des Premières Nations ont tendu la main pour contribuer au rapprochement avec la majorité de descendances européenne.

La musicienne autochtone Kathia Rock a chanté lors... (Martin Roy, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

La musicienne autochtone Kathia Rock a chanté lors de l'événement Autochtonie Gatin-O-Aki.

Martin Roy, LeDroit

Installé dans un lieu passant du centre-ville pour les amateurs de plein air, le parc de la Francophonie, le Centre d'innovation des Premiers Peuples (CIPP) organisait une foire de la culture autochtone intitulée l'Autochtonie Gatin-O-Aki.

«Aki» signifie «terre de» en algonquin, l'événement s'appelle donc «Autochtonie en terre de Gatineau».

La culture au rendez-vous

Musique, arts visuels et cuisine étaient offerts aux piétons et cyclistes qui s'y arrêtaient.

Dans tous ces cas, l'objectif était de donner un aperçu de l'aspect traditionnel et contemporain de la culture autochtone, question d'exposer les gens à l'histoire de ces communautés, mais aussi leur lien avec la société du 21e siècle. «On veut briser des mythes, par exemple, que les autochtones ne paient pas de taxes. C'est faux», explique la fondatrice et directrice générale du CIPP, Céline Auclair.

«J'aimerais un jour arrêter d'entendre cette phrase tellement commune quand on approche un bailleur de fonds: "Va voir le ministère des Affaires autochtones." Tout ne doit pas passer par là. On est citoyens à part entière, on a droit à du support ailleurs.»

Mme Auclair croit que l'obtention de meilleures conditions de vie pour les autochtones du Canada passe par un rapprochement avec le reste du pays. De cette façon, on facilitera l'accès à l'emploi, à l'éducation et le soutien aux communautés dans le besoin, dit-elle.

En matière de rapprochement, Céline Auclair loue les efforts de la Ville de Gatineau qui a ouvert les canaux de communications avec les leaders des Premières Nations de l'Outaouais depuis quelques années. La municipalité était un partenaire important dans l'événement de samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer