Fini les nouveaux pitbulls à Montréal

Seuls les maîtres de pitbulls ayant enregistré leur... (Pascal Ratthé, Archives Le Soleil)

Agrandir

Seuls les maîtres de pitbulls ayant enregistré leur chien avant le 31 décembre prochain pourront obtenir le permis de garde spécial.

Pascal Ratthé, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josiane Pelosse
La Presse Canadienne
Montréal

L'interdiction des chiens pitbulls à Montréal a fait un pas de plus, mercredi matin. La Ville de Montréal a présenté, lors de la séance du comité exécutif, un projet de règlement sur le contrôle des animaux qui vise à resserrer l'encadrement des chiens considérés dangereux.

Il existait déjà un cadre réglementaire sur les animaux, mais la Ville affirme que les «récents événements impliquant des attaques de chiens de type pitbull l'ont amenée à réviser son règlement afin d'accroître la sécurité publique».

Le nouveau règlement est uniforme pour tous les arrondissements et prévoit qu'à compter du 26 septembre, les résidants ne pourront plus faire l'acquisition d'un pitbull.

Les Montréalais qui possèdent déjà un pitbull devront être âgés d'au moins 18 ans, faire preuve d'un casier criminel sans antécédents violents et demander un permis spécial de garde d'ici le 31 décembre 2016, faute de quoi ils devront se départir de leur chien à partir du 1er janvier 2017.

Les propriétaires de pitbulls devront veiller à ce que leur chien porte leur médaille et une muselière en tout temps sur la voie publique.

Les chiens devront aussi être stérilisés, vaccinés contre la rage et avoir une micropuce.

Ces chiens devront être tenus au moyen d'une laisse d'une longueur maximale de 1,25 m, sauf dans les aires d'exercice canin ou dans un endroit fermé par une clôture d'une hauteur minimale de deux mètres.

«Dans sa cour, il faudra une clôture d'au moins deux mètres, assez pour que le chien ne puisse pas sauter et pour ne pas répéter le cas de Mme Vadenais en attaquant des voisins dans leur cour», a précisé la vice-présidente du comité exécutif, Anie Samson, en entrevue avec La Presse canadienne.

Le 8 juin dernier, Christiane Vadenais, du quartier Pointe-aux-Trembles, avait été mordue à mort par un chien soupçonné d'être un pitbull, dans la cour arrière de sa maison.

L'agression avait amené le gouvernement provincial à former un comité chargé de lui soumettre des recommandations. Le groupe de travail, formé en juin par le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, doit remettre son rapport au ministre d'ici le 31 août.

Or, l'interdiction de posséder un pitbull ne figure pas sur la liste préliminaire des recommandations du comité, selon un document daté du 29 juillet obtenu récemment par La Presse canadienne.

Mercredi, le ministre de la Santé, Gaétan Barette, a quand même réitéré son appui à une interdiction. «La solution de Montréal est intéressante et va beaucoup plus loin que le statut actuel des choses et il y aura un débat à l'intérieur du gouvernement», a réagi M. Barette.

Le ministre a indiqué qu'il se rallierait à ses collègues si le gouvernement décide de ne pas interdire les pitbulls à l'échelle provinciale. «Je ne suis pas du tout en opposition avec mes collègues, parce que le débat n'a pas encore eu lieu à l'interne. [...] Il y aura débat et consensus».

Le nouveau règlement présenté par la Ville de Montréal spécifie qu'un chien qui a causé la mort d'une personne ou d'un animal fera l'objet d'un ordre d'euthanasie. Des amendes plus importantes en cas d'infraction, telle une morsure, sont aussi prévues (de 500$ à 750$ pour une première offense).

Les nouvelles mesures entreront en vigueur le 26 septembre si le conseil municipal vote en faveur du règlement proposé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer