Le BST veut resserrer les règles pour le vol de montgolfières

Une semaine après l'accident de montgolfière ayant coûté la vie à 16 personnes... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Morgan Lowrie
La Presse Canadienne

Une semaine après l'accident de montgolfière ayant coûté la vie à 16 personnes au Texas, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) exige que les mesures de contrôle imposées aux pilotes soient renforcées.

Les aéronautes qui travaillent pour des entreprises proposant des ballades en montgolfière ne sont pas soumis aux mêmes contrôles et réglementations que les pilotes d'avions et d'hélicoptères qui s'adonnent au même type d'activité commerciale, a soulevé la présidente du BST, Kathy Fox.

Les pilotes de montgolfières, pour pouvoir amener des groupes dans les cieux, doivent être en possession d'un permis spécial délivré par le BST. Cette certification peut être obtenue par la soumission en ligne d'un formulaire dans lequel quelques informations de base doivent être fournies, a précisé Mme Fox. Une fois délivré, le document n'expire jamais.

De nombreux intervenants du milieu aux États-Unis ont demandé un resserrement des réglementations après l'écrasement du 30 juillet dernier au Texas.

Un représentant du Bureau de la sécurité des transports des États-Unis, Robert Sumwalt, avait décrié, en entrevue avec l'Associated Press, l'existence d'un déséquilibre entre les mesures de contrôle imposées aux pilotes d'avions et d'hélicoptères et celles auxquelles doivent se soumettre les aéronautes.

Au Canada, les recommandations du BST - exprimés à plusieurs reprises depuis 2008 - ont été mises de côté, a souligné Kathy Fox en entrevue avec La Presse canadienne.

Si les pilotes doivent détenir un permis individuel et passer un examen annuel, la surveillance exercée sur les entreprises n'est pas suffisante pour garantir la sécurité des voyageurs, estime Mme Fox.

«Tout est laissé entre les mains des pilotes. Je suis certaine qu'ils font de leur mieux pour avoir une conduite sans danger, mais le problème est qu'ils sont laissés à eux-mêmes.»

Le BST avait recommandé, en 2007, l'imposition de règles plus strictes. Cet appel à un resserrement des contrôles survenait dans la foulée d'une série d'accidents.

Le 11 août 2007, une montgolfière transportant 12 personnes a pris feu avant de s'écraser près de Winnipeg, faisant 7 blessés, dont trois gravement. Le carburant, du propane, s'échappait du réservoir de l'engin.

Un incident similaire s'était par la suite produit à Surrey, en Colombie-Britannique, deux semaines plus tard, causant la mort de deux personnes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer