C'est l'heure des vacances sur les chantiers

Bob McMillan, préventionniste sur le chantier, Francis Piché,... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Bob McMillan, préventionniste sur le chantier, Francis Piché, contremaître, et Gérald Paquette entendent bien profiter des vacances de la construction.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La vague de chaleur arrive à point pour les 5400 ouvriers de l'Outaouais qui ont rangé leurs casques et bottes de travail et déserté les chantiers, vendredi midi, quand a sonné l'heure du début des traditionnelles vacances de la construction, lesquelles s'étireront jusqu'au 6 août.

Cette année, des chèques de vacances totalisant 9 468 000$ ont été distribués aux travailleurs de la région, un recul de 8% comparativement à l'an dernier.

La baisse est attribuable au fait que l'industrie de la construction tourne davantage au ralenti cette année, après avoir atteint des sommets en 2012. De nombreux travailleurs seraient au chômage.

«L'Outaouais est l'une des régions les plus touchées par le ralentissement. À travers la province, on parle d'une baisse moyenne de l'activité de 1%, alors qu'on prévoit que ce sera 14% dans la région en 2016», mentionne le porte-parole de la Commission de la construction du Québec, Pascal Gingras. 

Rencontrés par LeDroit à l'angle du boulevard Maisonneuve et de la rue Papineau, à quelques heures de s'écrier entre eux «bonnes vacances», des ouvriers oeuvrant sur le chantier du projet de tours à condos Le Vibe, avaient le sourire aux lèvres.

«Je suis très heureux. Pour moi, les vacances, ça va se passer sur le bord de l'eau dans le nord de l'Ontario. Ce sera le repos total, avec la famille et de la bonne bière», lance Bob Mcmillan, préventionniste sur le chantier. Il juge que le concept des vacances de la construction est idéal, car tout le monde peut se reposer simultanément et de revenir en forme.

Quant au contremaître Francis Piché, il n'a qu'un seul mot qui lui vient en tête en pensant aux vacances: moto. «On va se promener et visiter le Québec. Mais on n'a pas d'itinéraire précis, on va faire un road trip. En espérant qu'on aura du beau temps comme aujourd'hui pour les deux prochaines semaines», de dire l'homme originaire de Ferme-Neuve. 

Gérald Paquette, lui, prendra la direction de son Abitibi natale, question de passer du temps de qualité avec ses enfants et ses petits-enfants, sur le bord des lacs. 

Uniques au Québec, les vacances de la construction sont devenues une tradition il y a 45 ans à la suite d'un décret gouvernemental, les syndicats et les employeurs ayant convenu de les inscrire parmi les conditions de travail. 

Chez Tourisme Outaouais, on indique que les vacances de la construction s'avèrent un moment important pour l'industrie touristique régionale, particulièrement si le temps est clément.

«Les mois de juillet et d'août sont très achalandés, on observe par exemple depuis quelques années une belle croissance du taux d'occupation des hôtels. [...] C'est que nous sommes une destination de dernière minute, alors s'il fait beau, c'est payant. C'est un avantage pour nous comparativement à certaines régions plus éloignées où il faut davantage de planification pour les vacances», affirme le directeur des affaires publiques, Karl Lavoie.

Une tradition bien québécoise

La vague de chaleur arrive à point pour les 5400... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

L'ensemble des ouvriers de l'industrie de la construction, ainsi que des dizaines d'autres milliers de travailleurs québécois, profitent de deux semaines de vacances depuis vendredi en fin de journée. Selon le gouvernement du Québec, 80% des 150 000 travailleurs de l'industrie et 25 000 employeurs de la construction sont en congé.

Les vacances dites de la construction sont aujourd'hui devenues une tradition québécoise. Au total, près du quart de la main-d'oeuvre active du Québec est en vacances, avec retour au travail le lundi 8 août. Pour l'été 2016, ce sont 365 millions $ qui ont été versés en indemnités de congé aux travailleurs de la construction.

La prudence sera de mise au cours de cette période, particulièrement sur les routes et dans les espaces publics de baignade, d'autant plus que ces vacances commencent par une chaleur intense. La Sûreté du Québec a pour sa part rappelé qu'avec l'augmentation de la circulation sur le réseau routier, les risques de collision sont à la hausse. L'an dernier, 21 personnes avaient perdu la vie sur le territoire desservi par la SQ.

- La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer