Pour améliorer la qualité de vie de Sarah

Sarah Labonté, entourée d'Andrew Vink et Michael Boutin,... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Sarah Labonté, entourée d'Andrew Vink et Michael Boutin, invite les gens à participer à l'événement le 13 août.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le 7 mars dernier, ce devait être le jour J pour la jeune Gatinoise Sarah Labonté. Elle a subi une importante intervention chirurgicale pour corriger une scoliose, qui a finalement fait basculer son existence. L'opération a tourné au cauchemar et l'ado de 16 ans est devenue paraplégique, un scénario dont la probabilité était évaluée à moins de 1%.

Cette chirurgie subie dans un hôpital montréalais était devenue un passage obligé pour la jeune femme, car sa vie était carrément en danger. C'est que la scoliose, une déformation de la colonne vertébrale dont elle souffre depuis la naissance, réduisait considérablement sa fonction pulmonaire.

Apprendre la nouvelle à la suite de l'opération a été un choc pour sa famille. 

«C'est très difficile, car nous sommes elle et moi une belle équipe positive, qui regarde en avant. Je n'étais pas du tout inquiète ce jour-là jusqu'à cinq minutes avant la fin. J'ai eu un petit moment d'inquiétude et c'est là que le médecin est sorti et m'a dit qu'elle avait perdu l'usage de ses jambes. On ne croit pas que c'est permanent cette affaire-là jusqu'à ce qu'elle-même me demande si elle était paralysée», confie sa mère Cathie Racicot en essuyant ses larmes.

«C'est très difficile, car nous sommes elle et moi une belle équipe positive, qui regarde en avant. Je n'étais pas du tout inquiète ce jour-là jusqu'à cinq minutes avant la fin. J'ai eu un petit moment d'inquiétude et c'est là que le médecin est sorti et m'a dit qu'elle avait perdu l'usage de ses jambes.»

Cathie Racicot
la mère de Sarah

Depuis deux mois, Sarah se déplace en fauteuil roulant et séjourne en quasi permanence au centre de réadaptation La RessourSe, où elle est suivie étroitement par plusieurs spécialistes. Qu'à cela ne tienne, elle garde le sourire et se tourne vers l'avenir avec détermination. Son plus grand espoir: pouvoir de nouveau marcher. Déjà, elle commence à ressentir certaines sensations aux jambes, réagissant à la chaleur et au froid. 

Le mois prochain, une vague d'amour déferlera sur l'élève de l'école secondaire du Versant, alors qu'un événement bénéfice orchestré par l'organisme Remorqueur au grand coeur et l'entreprise Herb's Towing (dont le propriétaire est l'oncle de l'adolescente) lui sera entièrement dédié. L'argent amassé le 13 août au Herb's Travel Plaza, à Vankleek Hill (sortie 27 de l'autoroute 417), servira à améliorer son quotidien.

On souhaite par exemple assumer la facture des travaux de rénovation visant à adapter la résidence familiale, en installant une rampe d'accès et en modifiant la configuration de la salle de bain, en plus de vouloir lui offrir une chaise roulante adaptée. L'installation d'un ascenseur n'est cependant dans les cartons à moyen terme, car les coûts varient de 45 000$ à 60 000$.

«Je trouve ça vraiment super qu'autant de monde s'unisse pour m'aider», affirme la principale intéressée.

Superviseur chez Remorquage Jack 2000, le Lévisien Michael Boutin a créé en 2013 l'organisme sans but lucratif Remorqueur au grand coeur. Sa fille Mia, 6 ans, est atteinte de disparésie spastique. Tous les gens auxquels l'organisation vient en aide doivent avoir un lien direct ou indirect avec l'industrie du remorquage. 

Animation familiale, jeux d'habileté avec dépanneuses, BBQ, démonstrations techniques et concours de lumières sont au programme de l'événement du 13 août, auquel la population et tous les remorqueurs du Québec et de l'Ontario sont conviés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer