Deuil et solidarité à l'ambassade de France

L'ambassadeur de France au Canada, Nicolas Chapuis, avait... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'ambassadeur de France au Canada, Nicolas Chapuis, avait de la difficulté à cacher ses émotions.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

Les messages de condoléances et de solidarité transmis à l'ambassade de France à Ottawa, à la suite de l'attentat meurtrier de jeudi à Nice émeuvent le personnel diplomatique, puisqu'encore une fois, ce sont des citoyens ordinaires qui en sont les victimes.

«Ça nous touche, a résumé en entrevue Stéphane Schorderet, porte-parole de l'ambassade de France au Canada. Ça nous montre que les gens se sentent concernés. Pas seulement parce que c'est la France, mais parce que ça touche des gens comme eux.»

Les gens à Nice assistaient à un feu d'artifice, tandis que ceux au Bataclan en 2015 assistaient à un concert, a rappelé M. Schorderet. 

«Ce sont vraiment des gens comme vous et moi qui sont touchés. Ce sont des gens innocents, insouciants, qui étaient là pour faire la fête et qui ont été fauchés par ces attaques terroristes. Les gens s'identifient à ça et veulent nous démontrer que ça les touche. Ils savent très bien que ce n'est pas la France qui est visée, mais les valeurs que véhiculent la France, le Canada et d'autres.»

«Ce sont des valeurs de démocratie, de liberté, des valeurs que défend le Canada aussi», a expliqué le porte-parole de l'ambassade française. 

«Nous sommes tous unis dans le même combat contre ces groupes terroristes et nous sommes tous solidaires. C'est le message qu'il faut passer, soit de rester soudés, solidaires, et ne pas tomber dans l'excès qui serait de pointer telle ou telle communauté», a continué M. Schorderet.

Des gerbes de fleurs ont été déposées le... (Martin Roy, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Des gerbes de fleurs ont été déposées le long de la clôture qui entoure l'ambassade située sur la promenade Sussex, à Ottawa.

Martin Roy, LeDroit

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a fait écho de ces propos vendredi midi après avoir rendu visite à l'ambassadeur de France au Canada, Nicolas Chapuis, son ami, a-t-il signalé. M. Coderre a fait une mise en garde contre le profilage et la stigmatisation d'une religion ou d'une communauté. «Il ne faut pas défendre l'indéfendable, mais il faut protéger ce que nous sommes, ce que nous voulons être», a-t-il dit.

Le drapeau français en berne à Ottawa et Gatineau

Le drapeau français flotte en berne devant aux hôtels de ville de Gatineau et d'Ottawa, comme c'est le cas devant l'ambassade de la France. Quelques roses et des gerbes de fleurs ont été déposées le long de la clôture qui entoure l'ambassade située sur la promenade Sussex, à Ottawa.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué que les Gatinois sont solidaires avec les Français, et que les gens pensent à eux et aux familles des victimes. «La France a donné beaucoup au monde et continue de donner beaucoup. C'est le pays des droits de la personne, le pays des droits collectifs, le pays des Lumières. C'est aussi ça qui est attaqué, et ça nous concerne tous.»

«Nous sommes tous visés dans un attentat comme celui-là. Ce sont des enfants, des familles, des innocents. Ça nous concerne tous», a continué M. Pedneaud-Jobin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer