Les changements climatiques exposés au parc Lansdowne

La ministre Catherine McKenna et le biologiste Grant... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La ministre Catherine McKenna et le biologiste Grant Gilchrist, devant une des photographies de l'exposition Les changements climatiques sont là, qui prend place au parc Lansdowne.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Temporairement sans domicile, le Musée des sciences et des technologies du Canada se tourne vers le parc Lansdowne pour une exposition temporaire sur le réchauffement de la planète.

Une collection de photos du National Geographic intitulée Les changements climatiques sont là est installée près de l'Édifice de l'horticulture et y restera jusqu'en septembre. Ces images démontrent certains effets des changements climatiques sur notre planète, spécialement dans l'Arctique.

Ceci dit, les travaux de reconstruction du musée ne sont qu'un prétexte pour mettre en place des expositions dans des lieux publics, selon le président-directeur général de la Société des musées de sciences et technologies du Canada, Alex Benay.

«Je ne crois pas dans la définition de la place du musée comme étant seulement nos quatre murs. [...] Notre vision, ç'a toujours été de sortir à partir du moment où je suis arrivé (en 2014).»

L'équipe du musée a donc mis en place l'exposition La science derrière la science-fiction présentée aux différents ComicCon canadiens. M. Benay soutient également qu'une exposition sur les jeux vidéos sera présentée prochainement à Sudbury et devrait ensuite traverser le pays.

Changements climatiques, sans complexe

La ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, a participé à l'inauguration de l'exposition samedi.

Elle prend actuellement part à des forums citoyens un peu partout au pays pour discuter de la question des changements climatiques. Elle souhaitait donc souligner cette initiative pour sensibiliser les Canadiens à cette réalité. «C'est vraiment important de parler aux Canadiens du défi que représentent les changements climatiques. [...] Mais c'est aussi de parler des solutions. Il y en a ici au Canada et c'est un défi qu'on doit relever tous ensemble pour s'assurer que le Canada fait sa part.»

De son côté, Alex Benay estime qu'il est nécessaire de présenter les faits sur cette question, même si certains lobbys contestent le consensus scientifique, notamment en ce qui a trait à la nécessité d'agir changer nos habitudes en matière d'énergie.

«On s'en tient aux faits, c'est les solutions qui deviennent plus ouvertes au dialogue. Par exemple, éliminer l'industrie pétrolière, ça n'arrivera pas du jour au lendemain. Est-ce que ça serait une bonne idée? Ce n'est pas à nous de décider de ça. Mais, déclencher le dialogue, c'est notre rôle.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer