Grands hommages pour quatre Grands Gatinois

Les récipiendaires de l'Ordre de Gatineau: Claude Laramée,... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Les récipiendaires de l'Ordre de Gatineau: Claude Laramée, Pierrette Froment-Savoie et Pierre Bergeron, en compagnie du maire Maxime Pedneaud-Jobin (à gauche). Francine de Montigny, aussi honorée mercredi soir, était absente.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les médailles de l'Ordre de Gatineau ont été épinglées sur les coeurs de trois nouveaux Grands Citoyens, Francine de Montigny, Pierrette Froment-Savoie et Claude Laramée, en plus de celui de son 14e membre honoraire, l'ex-président-éditeur du journal LeDroit, Pierre Bergeron.

Cette dernière distinction s'est ajoutée d'office au veston de celui qui a occupé presque tous les postes du quotidien de la rue Clarence dans la même foulée que l'Ordre du Canada, qu'il a reçu en février dernier.

«Ça, ça arrive quand t'es vieux!» a-t-il lancé en riant, après la cérémonie de remise des médailles, mercredi soir, à la Maison du citoyen.

Cette double récompense lui vient comme une confirmation de son implication, au Canada et à Gatineau. «Comme journaliste et comme gestionnaire dans le monde des médias, je me suis toujours senti comme un acteur de la communauté, a continué M. Bergeron. Je n'ai jamais pensé que j'étais en dehors de la communauté, et que je portais un regard de l'extérieur sur quelque chose. Je me suis toujours senti intégré et impliqué, et c'est pour ça que je veux envoyer un message où je dis que nous les médias, et surtout les médias régionaux, on a un rôle à jouer, mais en même temps on a une responsabilité, qui est de faire avancer la société.»

Une fois son vidéohommage diffusé, Pierrette Froment-Savoie a livré son discours de remerciement avec un trémolo dans la voix. En 1967, l'étudiante au Conservatoire de musique de Montréal a été invitée à enseigner dans ce qui allait être un tout nouvel établissement d'enseignement en Outaouais. Quarante-neuf ans plus tard, Mme Froment-Savoie partage toujours ses connaissances non seulement en piano et en théorie musicale au Conservatoire de musique de Gatineau ainsi que chez elle, dans des cours privés. Elle fait aussi rayonner son talent dans des récitals partout au monde - elle se dirigera d'ailleurs vers l'Ukraine l'an prochain. Sa plus grande fierté? «C'est de faire aimer aux élèves la musique. Quand ils viennent chez moi, ils disent qu'ils aiment venir ici, parce que ce n'est pas seulement le piano que je leur enseigne; c'est toute la musique.»

Destination ski de fond

Claude Laramée s'implique depuis 25 ans dans le monde du ski de fond à Gatineau. Il a notamment été trésorier, chef de parcours, directeur d'épreuves, puis président de la Gatineau Loppet, titre qu'il a conservé de 2000 en 2006. C'est à lui qu'on doit la tenue en sol gatinois de la première épreuve de la Coupe du monde de ski de fond, en mars dernier; un coup de maître pour faire rayonner la région, alors que l'épreuve a été visionnée par trois à quatre millions de téléspectateurs. «L'émission télévisée qu'on a produite comprenait une minute sur les attraits touristiques de la région. On voyait des gens glisser, patiner sur le canal Rideau, on voyait les structures du Bal de neige, et tout ce que la région avait à offrir. On a vendu Gatineau comme une destination de ski de fond. Et on a atteint la clientèle cible!»

Enfin, la professeure à l'Université du Québec en Outaouais en sciences infirmières depuis 30 ans, Francine de Montigny, a vu son oeuvre soulignée. Pionnière dans le domaine, elle est la première infirmière québécoise à obtenir une Chaire de recherche du Canada. Mme de Montigny se trouvait en Europe pour participer à une conférence; elle n'a pas pu être présente pour recevoir sa médaille.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer