Le geste héroïque d'un enseignant honoré

Près de deux mois après l'incident, Daniel Joseph... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Près de deux mois après l'incident, Daniel Joseph McKinney a de la difficulté à se souvenir de tout ce qui s'est passé le 15 mars dernier. Mais il admet sans hésitation qu'il agirait de la même façon s'il se retrouvait dans une situation semblable.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais a rendu hommage sobrement, mercredi soir, à Daniel Joseph McKinney, l'enseignant ayant prêté main-forte à l'adolescente agressée au couteau derrière l'école secondaire de l'Île en mars dernier.

Un hommage à l'image de l'homme qui souhaitait demeurer dans l'ombre et ne voulait pas de grosse cérémonie pour souligner son acte de bravoure. 

Les gens rencontrés par LeDroit quelques minutes avant la remise de la plaque symbolique ont tous admis que le professeur était un homme humble. La CSPO voulait proposer sa candidature pour recevoir la Médaille de la bravoure du gouverneur général - proposition que l'enseignant a refusée, ne voulant pas se retrouver sous les projecteurs.

Près de deux mois après l'incident, le professeur d'anglais a de la difficulté à se souvenir de tout ce qui s'est passé le 15 mars dernier en fin d'après-midi, mais il admet sans hésitation qu'il agirait de la même façon s'il se retrouvait dans une situation semblable.

«J'ai vu quelque chose derrière les arbustes au loin, se souvient-il. Je pensais que c'étaient des élèves. J'ai avancé et j'ai vu plus clairement un homme au-dessus d'une fille qui ne voulait pas être là. J'ai dit à l'agresseur: "Sors de là!" La fille a réussi à s'échapper et je l'ai entendue me dire: "Save me!»

Une fois l'adolescente en sécurité, l'enseignant s'est assuré que l'agresseur ne s'enfuie pas jusqu'à l'arrivée des policiers. «J'ai essayé de comprendre, je lui ai posé des questions, mais il ne me répondait pas», raconte M. McKinney, visiblement encore ébranlé par la situation.

Un événement chargé en émotion qui a fait grandir le père de famille, qui ne voit plus l'éducation de son fils sous le même oeil. «Je suis devenu plus sévère avec mon fils depuis l'agression parce que je ne veux pas qu'il devienne un mauvais homme.»

Son fils, qui était présent à la cérémonie de mercredi soir, a admis être fier du geste posé par son paternel.

Les parents de l'adolescente, qui ne peut être identifiée en vertu d'une ordonnance de non-publication, étaient également présents. Ils ont tenu à remercier l'enseignant pour le geste qu'il a posé et qui a permis de sauver la vie de leur fille.

Reconnaissance de la direction

La direction de l'école secondaire de l'Île a souligné elle aussi le geste posé par l'enseignant plus tôt au mois de mars. 

De son côté, la présidente de la CSPO, Johanne Légaré, est reconnaissante envers M. McKinney. «On ne voulait pas faire toute une histoire avec cet incident, mais vu qu'un citoyen est venu à la rescousse de l'adolescente en détresse, on devait le souligner. Si Daniel n'était pas intervenu, je pense que le pire aurait pu se produire», admet Mme Légaré.

La victime a subi des blessures sérieuses à l'oeil gauche et au visage après l'attaque au couteau commise par Marc J. Bellfoy. L'agresseur, un sans-abri de 49 ans, a été accusé de tentative de meurtre. Il doit comparaître à nouveau le 23 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer