Des contraintes à éliminer avant le virage électrique

Pour pallier aux coûts qu'entraîne un changement de... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Pour pallier aux coûts qu'entraîne un changement de voiture pour un véhicule électrique, les gouvernements du Québec et de l'Ontario offrent des incitatifs financiers.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour convaincre les gens de changer leur véhicule pour une voiture électrique, de nombreuses contraintes doivent toujours être éliminées, admet le conseiller Mike Duggan. Il soutient cependant qu'elles sont en voie de disparaître.

Le coût de ces automobiles venait en tête de liste. Or, plusieurs modèles sont désormais vendus à un prix sous la barre des 30 000$. De plus, les gouvernements du Québec et de l'Ontario offrent des incitatifs financiers pour favoriser l'achat de voitures électriques.

L'autonomie de la batterie était un autre obstacle pour de nombreux potentiels acheteurs. Or, selon le directeur régional de l'Association des véhicules électriques du Québec, Sylvain Michaud, les rumeurs veulent que les modèles les plus abordables atteignent une autonomie de plus de 300 kilomètres au cours des prochaines années.

La principale contrainte aux yeux de nombreux automobilistes, c'est l'accessibilité des bornes de recharge. Celles-ci se multiplient toutefois au Québec et en Ontario. Les gouvernements de l'Ontario, du Québec et du Canada investissent pour en installer de nouvelles un peu partout. Les entreprises privées font également leur part et sont de plus en plus nombreuses à accommoder les propriétaires de véhicules électriques. Ceci dit, M. Michaud croit que l'accès aux bornes de recharge ne doit pas être une obsession pour ceux qui habitent en milieu urbain.

«Je recharge la batterie à la maison et je pars avec une voiture pleine tout le temps. Les bornes de recharge, je vais y penser quand je vais aller à Montréal ou à Toronto. Je n'en ai pas besoin en milieu urbain. Si en une journée, je vais faire plus que 140 kilomètres, ce qui est quand même pas mal, je vais aller faire une recharge rapide à la maison pour une heure.»

Les bornes au bout des doigts

L'application mobile PlugShare (pour Android ou iOS) permet aux propriétaires de voitures électriques de trouver rapidement une borne de recharge à proximité. L'application cartographie les stations publiques (recharges haute vitesse ou régulière) et permet même aux propriétaires de voitures électriques de mettre leur domicile à la disposition de leurs homologues.

Le conseiller municipal Mike Duggan est d'ailleurs un utilisateur fréquent de la plateforme, qui permet de repérer les bornes les plus proches.

Un conseil municipal électrifié

Selon Mike Duggan, la Ville de Gatineau a possiblement le conseil municipal qui comprend le plus grand nombre de propriétaires de véhicules électriques, toute proportion gardée.

L'ex-maire Marc Bureau était un pionnier en la matière, lui qui s'était procuré un véhicule électrique dès 2012. En 2013, son successeur Maxime Pedneaud-Jobin a acquis un modèle hybride, alors mieux adapté pour les longs déplacements qu'il doit faire chaque jour à partir du secteur Buckingham.

Mike Duggan, presque en même temps, a acheté une MiEV de Mitsubishi. Plus récemment, le conseiller Denis Tassé s'est procuré un luxueux modèle de Tesla, tandis que la recrue du conseil, Jean-François LeBlanc, s'est tournée vers la Leaf de Nissan.

Ce groupe pourrait croître prochainement puisque Daniel Champagne et Martin Lajeunesse ont été aperçus, samedi matin, à l'événement Branchez-Vous. Ce dernier a d'ailleurs confié magasiner pour une voiture électrique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer