Guignolée cruciale pour la Dre Bureau

La Dre Anne-Marie Bureau caresse de grandes ambitions.... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La Dre Anne-Marie Bureau caresse de grandes ambitions.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien que le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau (CPSG) ait le vent dans les voiles avec l'ouverture récente d'un deuxième local dans le Vieux-Hull, la guignolée de ce week-end était d'une grande importance pour l'organisme de la Dre Anne-Marie Bureau.

La pédiatre bien connue dans la région n'y va par quatre chemins. Selon elle, la récolte de 107 000$ en 2014 était excellente, mais le CPSG doit faire mieux cette année dans le cadre de sa plus importante activité de financement.

Les résultats de cette récolte devraient être connus ce matin. La Dre Bureau espère une meilleure récolte d'abord pour répondre à la demande actuelle. Le nombre d'enfants suivis par le CPSG a plus que doublé en 2015. C'est en grande partie en raison de l'ouverture des locaux au centre-ville, mais une hausse de fréquentation a également été observée dans le Vieux-Gatineau.

«[À Hull], on a 180, presque 200 enfants en suivi, ce qui est énorme parce qu'après notre première année à Gatineau, on en avait 50. [...] De la pédiatrie sociale, c'est de la proximité et de l'intensité de services. [...] Pour y arriver, ça prend des activités et du personnel.»

Histoire à succès

Le CPSG est quelque peu victime de son succès. Anne-Marie Bureau ne cache pas que de plus en plus de personnes connaissent l'organisme et font appel à ses services. C'est donc dire que les besoins ne sont pas nouveaux, mais plutôt qu'ils se dévoilent.

C'est d'ailleurs pour répondre à ces besoins cachés que la collecte de fonds du CPSG est doublement importante. En plus de consolider les deux centres existants, la Dre Bureau souhaite créer de nouvelles antennes ailleurs à Gatineau et dans la région.

La petite Élise a participé à la guignolée.... (Martin Roy, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

La petite Élise a participé à la guignolée.

Martin Roy, LeDroit

«Le grand rêve au Québec en pédiatrie sociale, c'est de pouvoir suivre 20 000 enfants en 2020. Mais ça, ça veut dire quelques milliers d'enfants en Outaouais. [...] Deux centres, c'est le début, ce n'est pas la fin.»

Comme si le CPSG n'avait pas suffisamment de raisons d'espérer une réussite pour sa guignolée, il faut également ajouter à cela que le financement du gouvernement du Québec varie en fonction de la mobilisation de la communauté.

«Si on ramasse zéro à Gatineau, je vais recevoir zéro», résume Anne-Marie Bureau.

«On sait très bien qu'il y a un enfant sur trois qui arrive à la maternelle en n'ayant pas tous les acquis pour commencer l'école. Dans certains quartiers, comme [le Vieux-Hull], c'est plus proche d'un sur deux. Donc, oui, on a beaucoup de travail à faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer