Un geste héroïque mis en lumière

Le citoyen honoré, Vincent Hotte (au centre), entouré... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le citoyen honoré, Vincent Hotte (au centre), entouré du père et grand-père des trois personnes qu'il a sauvées en mai, Denis Dagenais, et du directeur du Service de sécurité incendie, André Bonneau.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Service de sécurité incendie de la Ville de Gatineau a honoré, mercredi soir lors de sa cérémonie annuelle de reconnaissance, l'homme de 36 ans qui a littéralement sauvé des flammes une mère et ses deux enfants, le 21 mai dernier, sur la rue Notre-Dame, dans le Vieux-Gatineau.

Vincent Hotte, qui habitait dans une maison à proximité du 695, rue Notre-Dame, terminait son quart de travail dans le cadre de travaux au Musée canadien de l'histoire lorsqu'il est rentré chez-lui un peu après 1h, en début de nuit.

Arrivé à son domicile, il a aperçu des flammes et de la fumée au loin. Il a immédiatement contacté le 911 avant de courir à toute vitesse vers la maison où dormaient paisiblement à ce moment Martine Dagenais, sa fille de 13 ans, Malysia, et son garçon de 10 ans, Élie.

«Je suis entré dans la maison pour sortir tout le monde. Je criais et je frappais à coup de pieds dans les portes», se souvient M. Hotte.

Ce dernier n'a pas hésité un instant avant de s'aventurer dans l'immeuble en feu. Son premier réflexe a été de foncer.

«Je travaille dans l'industrie de la construction, je travaille en hauteur et j'ai des bons nerfs. Je ne me suis pas posé de question. J'ai pensé au fait que moi aussi j'ai des enfants et que je devais sauver tout le monde», raconte le trentenaire.

L'homme et la famille Dagenais se connaissaient déjà puisque la petite Malysia était amie avec la fille de M. Hotte. Même si ce dernier n'habite plus dans le quartier depuis quelques mois, les deux familles ont gardé des liens serrés, particulièrement depuis l'incident, a indiqué le père de Martine Dagenais, Denis Dagenais, qui habite aussi dans le Vieux-Gatineau.

«Je suis très reconnaissant envers Vincent», a-t-il dit, soulignant que sa fille et ses deux petits-enfants allaient bientôt pouvoir emménager dans leur maison neuve.

Une leçon à tirer

De son côté, l'homme dont la bravoure a été reconnue tire une seule leçon de toute cette histoire.

«Ça brasse assez pour se rendre compte qu'il faut prendre soin des vraies choses. Nos petits et notre famille, c'est le plus important. Dans ce cas-ci, ce qui est bon c'est que tout le monde soit sain et sauf, parce que ce n'est malheureusement pas toujours le cas.»

Le directeur du Service de sécurité incendie, André Bonneau, a pour sa part souligné que l'initiative de Vincent Hotte méritait toute la reconnaissance possible.

«Les gestes de M. Hotte ont possiblement permis de sauver des vies. C'est évident que son intervention a permis d'agir plus rapidement. Quand nos pompiers sont arrivés, il avait déjà fait le tour de la propriété et évacué les gens. Il avait aussi pris le temps de réconforter ces gens-là qui voyaient leur maison brûler devant eux», a-t-il mentionné.

La cérémonie se déroulait à la Maison du citoyen. Plusieurs pompiers ont également été honorés.

À noter que c'est un article de fumeur qui a détruit le 695, rue Notre-Dame. Des détecteurs de fumée étaient présents sur les lieux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer