Les handicapés marginalisés au Canada

Les personnes handicapées restent marginalisées dans la société... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les personnes handicapées restent marginalisées dans la société canadienne.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

L'inclusion dans le milieu de travail et des services entièrement accessibles restent hors de portée pour un grand nombre de personnes handicapées, qui restent marginalisées dans la société canadienne.

À l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, en ce jeudi 3 octobre, la Commission canadienne des droits de la personne demande au Canada d'appliquer intégralement la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées.

Selon les chiffres dévoilés mercredi, plus de la moitié des plaintes de discrimination déposées au Canada concernaient un handicap. Pendant cette période, la commission a ainsi reçu 20 615 plaintes qui concernaient un handicap, soit 49% du total de 41 728 plaintes reçues.

Une tendance lourde

Cette première compilation nationale des données confirme que la proportion de plaintes liées à un handicap reste élevée.

Selon la commission, les personnes handicapées se butent à de nombreux obstacles lorsqu'il est question d'«un accès égal et complet sur les plans de l'éducation, du travail, du niveau de vie».

Comparativement aux adultes qui n'ont pas de handicap, les personnes handicapées sont deux fois moins nombreuses à obtenir un diplôme universitaire, plus nombreuses à se contenter d'un emploi à temps partiel alors qu'elles voudraient un travail à plein-temps et ont un revenu annuel inférieur.

«Les employeurs qui embauchent des personnes handicapées rapportent que ces employés sont souvent des gens productifs, talentueux, et que leur présence apporte quelque chose d'inestimable dans l'organisation» a indiqué Marie-Claude Landry, présidente de la Commission canadienne des droits de la personne.

Elle déplore que les personnes handicapées soient marginalisées et ne peuvent pas participer pleinement à la société canadienne.

«Nous avons l'obligation de veiller à ce qu'elles soient traitées avec dignité et respect, aussi bien en tant que personnes valorisées au travail qu'en tant que personnes recevant des services», a-t-elle rappelé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer