Antenne jeunesse, antenne politique

Les députés Steve MacKinnon et Greg Fergus ont... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Les députés Steve MacKinnon et Greg Fergus ont participé à l'émission Politiquement Jeunesse.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Samedi, où a-t-on pu entendre les députés libéraux Greg Fergus, Steve MacKinnon et Stéphane Lauzon parler d'une récente décision de la Cour suprême sur les droits linguistiques, de défense nationale ou encore de réforme du système électoral canadien? À la Première chaîne de Radio-Canada? Au 104,7? Non, c'était plutôt sur les ondes de Radio Jeunesse.

Qui a dit que la jeunesse n'a aucun intérêt pour la chose politique? Pendant deux heures, samedi, le trio de jeunes animateurs, Valérie Langlois, Alex Boivin et Vanessa Ngabonziza, ont cuisiné les élus avec des questions pointues, pas piquées des vers, dans le cadre de la première de Politiquement Jeunesse.

Le ton reste toutefois convivial. Alex Boivin indique que l'objectif n'est pas de prendre les politiciens en défaut, mais plutôt de créer un espace d'échange avec les jeunes.

«Je pense que ç'a été un succès. Autant au niveau technique que la discussion, ç'a tellement bien été, on a eu un bel après-midi. [...] On ne voulait pas aller trop loin et écorcher qui que ce soit. On a trouvé un angle qui est jeunesse, mais assez sérieux pour parler des vraies affaires.»

«Ce n'est pas parce qu'on a 16 ans qu'on n'a pas d'opinion. Surtout notre génération, on a des idées qui sont beaucoup plus innovatrices et progressistes. On a intérêt à avoir un maximum de portée.»

Valérie Langlois
coanimatrice de Politiquement Jeunesse

Avoir un invité vendu au concept à son micro, ça facilite évidemment la tâche des animateurs. Le député de Gatineau, Steve MacKinnon, a offert son aide dans l'invitation de ses collègues de la région dès qu'on l'a contacté. L'élu suivait de près les activités de Radio Jeunesse après avoir participé à un débat à cette antenne durant la campagne électorale.

«C'était trois heures très épuisantes, sans repos, sans relâche, sans répit et sans pitié», résume M. MacKinnon.

Steve MacKinnon affirme avoir également fait de la radio alors qu'il était étudiant. Selon lui, cette expérience est un moteur qui mène directement à l'implication, que ce soit dans le milieu communautaire, politique ou médiatique.

«Je savais que mon auditoire se mesurait à la douzaine, ça ne voulait pas dire que je ne le prenais pas au sérieux pour autant.»

Les animateurs de Radio Jeunesse appliquent visiblement cette maxime. En entrevue après l'émission, les trois jeunes affirment qu'avec cette émission, ils espèrent que la voix de leur génération se rendra à l'oreille des politiciens, mais aussi, inspirer d'autres jeunes comme eux à se faire entendre.

«Ce n'est pas parce qu'on a 16 ans qu'on n'a pas d'opinion. Surtout notre génération, on a des idées qui sont beaucoup plus innovatrices et progressistes. On a intérêt à avoir un maximum de portée», affirme Valérie Langlois.

Reste à voir qui seront les prochains invités, mais les animateurs nous confient qu'ils travailleront très fort pour recevoir nul autre que le premier ministre, Justin Trudeau, dans la prochaine année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer