Grèves: Québec obtient une injonction

Le juge Thomas M. Davis, de la Cour... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Le juge Thomas M. Davis, de la Cour supérieure à Montréal, a rendu sa décision mercredi matin.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les grévistes des secteurs public et parapublic qui manifesteront jeudi et vendredi, en Outaouais et ailleurs au Québec, ne pourront bloquer l'accès aux établissements gouvernementaux. Québec a obtenu une injonction de la Cour supérieure ordonnant aux syndiqués de libérer les accès aux établissements afin qu'ils soient «sans entrave».

L'Outaouais compte 28 endroits où des services du gouvernement du Québec sont dispensés, à Gatineau (17), Maniwaki (7) et Campbell's Bay (4).

Le gouvernement a souligné, dans sa requête, une note du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) ayant circulé lors de la journée de grève du 27 octobre, et selon laquelle «une bonne ligne de piquetage ne devrait permettre à aucune personne d'entrer». «Le mot d'ordre a été suivi par ses membres, de sorte que de nombreux employés non syndiqués n'ont pu avoir accès à leur milieu de travail et les citoyens n'ont pu recevoir les services auxquels ils ont droit», lisait-on.

Le juge Thomas M. Davis, de la Cour supérieure à Montréal, a rendu sa décision mercredi matin.

Déjà, le 6 novembre dernier, le juge Christian Brossard, de la Cour supérieure à Québec, a répondu positivement à la demande d'injonction de la Procureure générale du Québec de faire libérer de toute entrave l'accès aux palais de justice de la province.

Le juge Brossard ordonnait au SFPQ «de permettre sans entrave l'accès et la libre circulation des personnes et des véhicules dans toutes les voies d'accès et les aires de stationnement de tous les palais de justice», «ne pas conseiller (ou) recommander à quiconque de contrevenir à l'engagement», et «de communiquer par courriel les termes du présent engagement à l'ensemble des 21 représentants régionaux». L'injonction de mercredi rappelle sensiblement les mêmes règles.

Dans certaines régions du Québec, dont Montréal, des juges auraient été hués à leur arrivée au palais de justice, dans les premiers jours des grèves rotatives. Des manifestants leur auraient partiellement bloqué l'accès au palais de justice. Rien de tel ne s'est produit à Gatineau, Campbell's Bay ou Maniwaki.

Les tribunaux sont considérés comme des «services essentiels» et demeurent ouverts.

D'autres journées de grève sont prévues les 1, 2 et 3 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer