Un sit-in pour dénoncer les sables bitumineux

Des manifestants se sont rassemblés à l'entrée de... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Des manifestants se sont rassemblés à l'entrée de Rideau Hall pour demander au premier ministre Trudeau de mettre un frein à l'expansion de l'exploitation des sables bitumineux.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dimanche, pour une quatrième journée consécutive, un groupe de manifestants s'est rassemblé à l'entrée du domaine de Rideau Hall pour demander au nouveau premier ministre du Canada, Justin Trudeau, de mettre un frein à l'expansion de l'exploitation des sables bitumineux.

De jeudi à dimanche, les gens se sont rassemblés à l'invitation du groupe écologiste 350.org devant la résidence temporaire du premier ministre. En chantant et en offrant des cadeaux de façon quotidienne à M. Trudeau (dimanche, ils lui ont remis des panneaux solaires à installer au 24 Sussex pendant les rénovations), le groupe espère sensibiliser le nouveau dirigeant du Canada à ses revendications.

Selon la coordonnatrice des relations médiatiques de 350.org, Amina Moustaqim-Barrette, même si l'objectif à long terme de son organisation demeure de remplacer le pétrole des sables bitumineux par d'autres formes d'énergie, elle est consciente que ça ne se fera pas du jour au lendemain. C'est pourquoi le groupe se concentre sur l'imposition d'une limite à l'expansion de l'exploitation du pétrole de l'Alberta.

Mme Moustaqim-Barrette soutient qu'une telle expansion aurait une influence directe sur le réchauffement de la planète.

Alors que plusieurs groupes de pression préfèrent s'abstenir en début de mandat et laisser sa chance au coureur, 350.org croit plutôt qu'il faut rapidement faire valoir ses arguments, explique Amina Moustaqim-Barrette.

«C'est vrai qu'ils ont fait de bonnes promesses, mais nous demandons des actions concrètes, affirme la coordonnatrice des relations médiatiques de l'organisation. Les politiciens font beaucoup de promesses, mais c'est aux citoyens d'agir pour s'assurer qu'ils les tiennent.»

La porte-parole de 350.org ajoute d'ailleurs que le principal changement - jusqu'à maintenant - entre la direction de Justin Trudeau et celle de Stephen Harper se trouve dans l'ouverture au dialogue. Chaque jour, un représentant du premier ministre est venu à la rencontre des manifestants pour recevoir leur cadeau, une scène banale qu'on ne voyait pas durant le règne de l'ex-chef conservateur, affirme Mme Moustaqim-Barrette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer