Ottawa se mobilise pour les réfugiés syriens

«Nous ne savons pas combien de réfugiés nous... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«Nous ne savons pas combien de réfugiés nous recevrons, ni quand ils arriveront, mais nous en voulons plus que ce qu'il a été proposé par le gouvernement et nous voulons nous préparer pour les accueillir convenablement», a déclaré le maire d'Ottawa, Jim Watson.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La stratégie de mobilisation pour les réfugiés syriens prend forme à Ottawa.

Une nouvelle organisation, Réfugié 613, a été lancée jeudi pour mieux coordonner les efforts visant à accueillir dans la capitale nationale les personnes touchées par la crise syrienne. Ce «guichet unique» s'avère le premier pas important pour orienter les citoyens cherchant à s'impliquer davantage, a soutenu le maire Jim Watson.

«Nous ne savons pas combien de réfugiés nous recevrons, ni quand ils arriveront, mais nous en voulons plus que ce qu'il a été proposé par le gouvernement et nous voulons nous préparer pour les accueillir convenablement», a-t-il déclaré.

À cet effet, la coordonnatrice de la nouvelle entité, Louisa Taylor, dit vouloir non seulement donner des ressources aux personnes intéressées pour parrainer un réfugié, mais d'inspirer les personnes incertaines ou moins engagées dans la cause.

Campagne de financement

«Chacun a un rôle à jouer. Certains ne l'ont tout simplement pas encore trouvé», a-t-elle lancé.

Outre le parrainage dans le cadre du projet Réfugié 613, une campagne de financement, pilotée par Centraide, a été déclenchée jeudi. Le maire Watson a d'ailleurs demandé aux gens «de creuser un peu plus dans leurs poches» pour venir en aide aux réfugiés sans pour autant négliger les autres besoins de l'organisme. Les citoyens peuvent y participer par l'entremise du site ensemblepourlesrefugies.ca. «Il faut savoir qu'aucun don n'est trop petit», a insisté M. Watson.

Les deux initiatives ont été annoncées jeudi soir à l'hôtel de ville d'Ottawa dans le cadre d'une séance d'information publique sur les efforts de rapatriement des réfugiés syriens, réunissant plus de 600 citoyens.

Des représentants de plus de 22 organismes communautaires et groupes religieux étaient présents pour offrir conseils et informations. Quelque 40 avocats du Programme d'appui au parrainage de réfugiés de l'Université d'Ottawa ont aussi fourni des conseils juridiques aux parrains potentiels pour les aider à parcourir le labyrinthe bureaucratique d'une demande.

Au pays depuis trois ans, Feras Al Abbas s'est présenté pour prêter main-forte à une «importante partie» de sa famille, habitant toujours en Syrie.

«Je voulais savoir comment les aider pour les rapatrier ici parce qu'ils me demandent de les aider, mais je ne sais pas où aller ou quoi faire. Je veux m'assurer de bien les aider, car j'entends toutes sortes d'histoires d'horreur.»

M. Abbas a tenu aussi à rassurer les Canadiens inquiets par la venue massive de personnes d'une autre culture.

«Les Syriens sont des bâtisseurs. Nous ne sommes pas paresseux. Plusieurs ont leur propre entreprise et ils font preuve d'autosuffisance. Nous sommes amoureux de la vie. Je remercie d'ailleurs Ottawa et le Canada de m'accueillir. Ils ont permis à ma conjointe et moi de rebâtir notre vie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer