Cyclotour Outaouais: sur les traces de Brigitte

Le parcours de 100 kilomètres portait le nom... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Le parcours de 100 kilomètres portait le nom de Brigitte Boudreault, décédée il y a 10 ans d'un cancer du cerveau. Sa mère Monique, son conjoint Neil Roy, sa soeur Josée et son père Claude étaient présents.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Près de 140 cyclistes se sont élancés, samedi, à l'assaut de l'un des trois parcours du quatrième Cyclotour santé Outaouais, à partir de l'Hôpital de Hull. En fin de journée, l'objectif était légèrement dépassé et près de 110 000 $ ont été amassés pour la cause.

La somme sera entièrement versée à la Fondation santé Gatineau qui financera ainsi une partie des activités de recherche clinique en cancérologie du Centre intégré de santé et des services sociaux de l'Outaouais (CISSSO).

Un parcours émouvant

L'un des trois parcours, celui de 100 km, portait pour la première fois le nom de Brigitte Boudreault, décédée il y a maintenant près de dix ans d'un cancer du cerveau. Ce parcours a été emprunté par plusieurs membres de sa famille, dont son conjoint Neil Roy et leur fils, Antoine, maintenant âgé de 17 ans. En tout, sept membres de la famille de la disparue auront participé à l'événement, samedi, sur piste ou dans l'organisation.

Fait à noter, l'itinéraire du parcours de 100 km empruntait, en partie, un segment du parc de la Gatineau qu'affectionnait tout particulièrement cette femme pleine de vie et très active qu'était Brigitte Boudreault. 

Aujourd'hui remis de ses émotions, son conjoint Neil Roy raconte que l'agonie de Brigitte, après trois opérations au cerveau, se termina dans l'aphasie. Un véritable parcours du combattant de près de 18 mois, avant qu'elle ne laisse finalement derrière elle, un fils de sept ans et lui-même. « La guerre ! résume Neil. J'ai été franc avec mon fils ; pas d'explications ésotériques... Ta mère, mon gars, ne reviendra pas... » 

Même la mère de Brigitte, Monique, aujourd'hui âgée de 81 ans, combat un lymphome hodgkinien, un cancer qui prend naissance dans des cellules appelées lymphocytes. Monique et son époux, le père de la disparue, lui aussi âgé de 81 ans, étaient tous deux actifs dans l'organisation du tour de samedi.

Des résultats probants

Le Dr Karim Abou-Nassar, hémato-oncologue au Centre de cancérologie de Gatineau, salue l'initiative et estime que l'événement contribuera à continuer de permettre aux patients de la région de l'Outaouais à avoir accès à des traitements en cancérologie normalement disponibles que dans les grands centres. « Le but de notre axe de recherche a toujours été de permettre aux patients de l'Outaouais d'avoir accès à des traitements novateurs qui ne sont pas encore sur le marché, mais qui sont quand même disponibles via la participation à des études cliniques », explique le docteur Abou-Nassar.

Jacques-Normand Sauvé, Le Droit




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer