Prévenir la maladie de Lyme

Une dizaine de cas de maladie de Lyme... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Une dizaine de cas de maladie de Lyme ont été rapportés en Outaouais.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même si la population ne devrait pas « s'alarmer », la Direction de la santé publique de l'Outaouais (DSPO) estime qu'il importe de bien savoir se protéger contre la maladie de Lyme.

La Dre Christelle Aïcha Kom Mogto, de la DSPO, indique qu'une dizaine de cas de la maladie de Lyme ont été rapportés en Outaouais au cours des deux dernières années. « La majorité des cas ont été acquis à l'extérieur de l'Outaouais, précise-t-elle. [...] Mais c'est en évolution au Québec, et c'est quelque chose qu'on va probablement voir de plus en plus, donc il faut connaître les mesures de prévention. »

Bien que ce ne soit pas toutes les tiques qui sont infectées par la bactérie causant la maladie de Lyme, mieux vaut donc se protéger lors d'activités extérieures entre les mois de mai et d'octobre, insiste la Dre Kom Mogto. 

La DSPO recommande ainsi de porter un chapeau, des souliers fermés et des vêtements longs, et d'utiliser un chasse-moustique à base de DEET ou d'icaridine. 

Lors de randonnées, il est suggéré d'éviter les secteurs où se trouvent des herbes hautes, et lors du retour à l'intérieur, il importe d'examiner le corps pour détecter la présence d'une tique. 

Le cas échéant, il faut la retirer avec une pince à sourcils et la conserver dans un contenant fermé.

En cas de piqûre par une tique, la consultation médicale n'est pas obligatoire, souligne la Dre Kom Mogto. 

« Il faut surveiller l'apparition de symptômes dans les trente jours qui suivent, explique-t-elle. Ça peut être une rougeur qui grandit, de la fièvre ou des courbatures. À ce moment-là, on peut consulter. »

La Dre Kom Mogto met aussi en garde la population contre les trucs et astuces qui peuvent être dénichés sur Internet ou sur les réseaux sociaux pour enlever une tique. 

« La désinformation nuit énormément, dit-elle. C'est la raison pour laquelle on invite la population à aller sur le portail santé mieux-être [du ministère de la Santé], où il y a les informations sur la maladie ou encore sur comment enlever une tique. »




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer