Cliniques d'avortement: un projet de loi pour une zone de sécurité

«Toutes les femmes de l'Ontario ont le droit... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

«Toutes les femmes de l'Ontario ont le droit de prendre des décisions au sujet de leurs soins de santé - et elles méritent de pouvoir le faire librement et sans crainte» selon Yasir Naqvi.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le procureur général de l'Ontario Yasir Naqvi a annoncé lundi que la province compte emboîter le pas à la Colombie-Britannique et à Terre-Neuve-et-Labrador en présentant l'automne prochain un projet de loi qui créerait des zones d'accès sécuritaires pour les femmes et les professionnels de la santé à proximité des cliniques d'avortement.

Pas plus tard que la semaine dernière, M. Naqvi avait été interpellé à ce sujet par le maire d'Ottawa, Jim Watson, qui lui avait fait parvenir une lettre. Ce dernier souhaitait que cette avenue soit sérieusement étudiée à l'échelle de la province après que de nombreuses femmes se soient plaintes d'être abordées par des manifestants à leur arrivée ou à leur sortie de la clinique Morgentaler, au centre-ville de la capitale fédérale. Un individu brandissant une affiche sur laquelle on aperçoit un bébé ensanglanté se tient par exemple très régulièrement aux abords de cette clinique de la rue Bank. 

« Toutes les femmes de l'Ontario ont le droit de prendre des décisions au sujet de leurs soins de santé - et elles méritent de pouvoir le faire librement et sans crainte. C'est pourquoi notre gouvernement agit en vue de présenter un projet de loi qui assurera aux femmes et à leurs fournisseurs de soins de santé un accès sécuritaire et protégé à des centres de soins de santé pour femmes », a déclaré le ministre Naqvi.

La directrice du Centre de planning des naissances d'Ottawa, Catherine Macnab, s'est réjouie de cette nouvelle, soulignant que depuis de nombreuses années les gens qui se rendent dans ces centres de santé « font l'objet d'actes d'hostilité et d'agression d'une intensité croissante, ce qui leur cause un stress énorme dans une période de leur vie déjà difficile. »

Des consultations seront menées par le gouvernement au cours des prochains mois auprès des groupes d'intérêts ainsi que des secteurs des soins de santé et de la justice en vue de l'élaboration du contenu du futur projet de loi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer