Bonnes nouvelles pour Jonathan Pitre

Jonathan Pitre a reçu des nouvelles encourageantes concernant... (Courtoisie)

Agrandir

Jonathan Pitre a reçu des nouvelles encourageantes concernant son traitement. La mère du jeune garçon a publié cette bonne nouvelle sur sa page facebook.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jonathan Pitre a obtenu des nouvelles encourageantes dans le cadre de son traitement pour une maladie rare de la peau. Le jeune homme de Russell a appris mardi que son taux de globules blancs commence à croître et se situe actuellement à 0,1.

« Ce sont de très bonnes nouvelles », écrit la mère de Jonathan Pitre, Tina Boileau, sur sa page Facebook. 

Le taux normal de globules blancs se situe entre 4 et 11. Lorsque Jonathan aura notamment atteint un taux d'au moins 0,5, il pourra entre autres quitter l'état d'isolement dans lequel il se trouve.  

Pour déterminer le succès du traitement, les globules blancs de la donneuse doivent être en croissance, ce qui signifierait que la deuxième greffe de la moelle osseuse et des cellules souches reçues de sa mère a été acceptée.

Jonathan est présentement en convalescence à la suite d'un second traitement intense de chimiothérapie et de radiation subi le 13 avril dernier aux Minnesota.  

Le procédé expérimental doit diminuer les symptômes liés à sa maladie, l'épidermolyse bulleuse, qui rend sa peau très fragile. 

« Nous devons encore attendre les résultats des analyses de peau afin de savoir quels globules blancs sont en croissance, mais c'est définitivement un pas dans la bonne direction. Aujourd'hui, est une bonne journée », d'ajouter Mme Boileau. 

Celle-ci ajoute qu'il reste encore plusieurs étapes à franchir avant d'atteindre le sommet. 

Un traitement douloureux

Le traitement de Jonathan Pitre n'est certes pas de tout repos. Dans les dernières semaines, il a souffert entre autres de l'intervention chirurgicale comportant l'installation de deux lignes centrales, des tubes qui transportent les médicaments, le sang, la nourriture ainsi que des cellules souches. 

À cela s'ajoute un combat constant contre les infections liées au traitement. 

Des fluides ont dû lui être injectés régulièrement afin d'éliminer les toxines dans son sang, ce qui a notamment engendré la formation de cloches d'eau sur sa peau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer