Congé plus rapide pour les asthmatiques

Des chercheurs du CHEO pourraient bien avoir révolutionné... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Des chercheurs du CHEO pourraient bien avoir révolutionné les traitements pour l'asthme.

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les enfants souffrant s'asthme sévère séjournent moins longtemps à l'hôpital, grâce au Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO).

À la suite d'une étude de la Dre Catherine Pound, pédiatre et professeure adjointe à l'Université d'Ottawa (Ud'O) menée entre mai 2012 et septembre 2015, le CHEO a été en mesure de réduire de 18% la durée moyenne des séjours à l'hôpital des enfants présentant de graves symptômes d'asthme. Les résultats de cette étude ont été publié mercredi dans la revue Hospital Pediatrics.

Pour y arriver, le protocole en place pour ajuster la médication a été revu afin de donner davantage de responsabilités aux infirmières. L'initiative découle d'une d'observation faite par la Dre Victoria Gelt, médecin résidente au CHEO, qui avait remarqué que la procédure qui était en place faisait en sorte que certains séjours d'enfants asthmatiques étaient allongés. «Elle a suggéré de donner aux infirmières, déjà responsables de surveiller les signes de sevrage possible des enfants, davantage de contrôle sur le processus», explique l'Ud'O dans un communiqué.

Cette situation s'expliquait par le fait que les infirmières étaient responsables de suivre l'évolution des symptômes, sans toutefois pouvoir réduire progressivement la dose de Ventolin administrée aux enfants, une responsabilité qui revenait aux médecins. Les médecins étant parfois occupés avec des cas urgents, les jeunes patients devaient certaines fois attendre avant de voir leur dose être réduite.

Les Dres Pound et Velt ont donc établi, avec le Dr Tom Kovesi, pneumologue au CHEO et professeur à l'Ud'O, un protocole pour l'étude à laquelle 113 patients de l'hôpital ont participé. Pendant deux ans, des infirmières ont reçu une formation spécifique à ce projet.

«Les infirmières observent l'enfant pendant son séjour et ajustent le Ventolin au besoin. [...] Une fois que l'enfant n'a besoin que de deux bouffées toutes les quatre heures, il peut quitter l'hôpital. On demande alros à un médecin de signer le formulaire de congé. La direction du CHEO, qui reconnaît les nombreux avantages de cette nouvelle procédure, a déjà mis en oeuvre les changements au sein de l'hôpital.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer