Contrat de gré à gré pour aider les urgences

À la fin janvier, pas moins de 178... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

À la fin janvier, pas moins de 178 patients occupaient un lit dans les hôpitaux de la région alors que leur état leur permettait d'être dans un autre type de ressource.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une disposition de la Loi sur les contrats des organismes publics a été utilisée afin de conclure de gré à gré une entente de 250 000 $ pour dénicher rapidement trois places dans une ressource intermédiaire afin de libérer des lits d'hôpital et ainsi aider à désengorger les urgences de l'Outaouais.

Le contrat d'un quart de million de dollars a été conclu le 1er février dernier entre le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) et la Résidence intermédiaire Jean-Bosco pour y obtenir des places supplémentaires.

Afin que le tout puisse se faire sans appel d'offres malgré la valeur de l'entente, le CISSSO a invoqué l'article de la Loi sur les contrats des organismes publics qui prévoit qu'un processus de gré à gré peut être utilisé en cas de « situation d'urgence où la sécurité des personnes ou des biens est en cause ».

Le contrat de 250000 $ se veut une modification « à l'entente particulière de 21 places en santé mentale, considérant l'urgence de la situation », précise-t-on dans le Système électronique d'appel d'offres du gouvernement du Québec.

Trois places additionnelles ont ainsi été ajoutées au contrat initial, dans « cette ressource qui est déjà en place et fonctionnelle ». Le tout est en vigueur pour la durée qu'il reste au contrat, jusqu'en décembre 2018.

La porte-parole du CISSSO, Geneviève Côté, confirme que l'octroi de contrat de gré à gré est lié au plan de désengorgement des urgences mis en place à la fin janvier. À ce moment, pas moins de 178 patients occupaient un lit dans les hôpitaux de la région alors que leur état leur permettait d'être dans un autre type de ressource.

Le CISSSO a donc amorcé un processus de transfert pour des dizaines de patients, dans l'objectif de libérer des lits nécessaires pour les patients des urgences nécessitant une hospitalisation. En deux semaines, 57 patients de la région ont ainsi quitté un lit d'hôpital, pour aller par exemple dans un centre d'hébergement ou une ressource intermédiaire.

Mme Côté a fait savoir qu'il « devrait y avoir d'autres » contrats du même type que celui signé avec la Résidence intermédiaire Jean-Bosco.

Affirmant travailler sur le plan à moyen terme, le CISSSO n'est toutefois pas en mesure de dire, pour l'instant, combien de places pourraient être trouvées par de telles ententes, ni à combien pourrait s'élever la facture pour le réseau de la santé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer