Engorgement persistant dans les urgences de l'Outaouais

L'engorgement persiste dans certaines urgences de l'Outaouais malgré le fait... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'engorgement persiste dans certaines urgences de l'Outaouais malgré le fait que 67 patients occupant des lits dans les hôpitaux aient pu obtenir une place dans un autre type de ressources.

Il y a trois semaines, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a décidé de prendre les grands moyens pour tenter de réduire la pression sur ses salles d'urgence, où des patients en attente d'hospitalisation restent coincés sur des civières, faute de place sur les unités de soins aux étages.

Sur les 178 patients qui occupaient un lit d'hôpital il y a trois semaines alors que leur état leur permettait d'être transférés dans une autre ressource, il en reste 111.

Malgré la libération d'une soixante de lits de courte durée, les taux d'occupation des urgences demeurent élevés par endroits. Le président-directeur général adjoint du CISSSO, le Dr Daniel Tardif, a souligné que des améliorations ont été observées à l'hôpital de Papineau. Le taux d'occupation y était de 83% jeudi midi, alors qu'il frisait les 200% il y a quelques semaines.

Toujours jeudi midi, le taux d'occupation de l'urgence de l'hôpital de Gatineau se situait à 125%, tandis qu'il atteignait 180% à Hull et 250% à Wakefield.

Le CISSSO veut ainsi poursuivre ses démarches pour que les patients n'ayant pas besoin de se trouver sur un l'hôpital obtiennent rapidement une place ailleurs, ou du soutien accru s'ils retournent à domicile.

Le Dr Tardif a fait savoir que l'objectif, «d'ici la fin de l'année», est d'avoir seulement 5% des 677 lits actifs dans les hôpitaux de la région occupés par des patients en attente d'une place dans une autre ressource. Cela signifie qu'il faut encore libérer près 80 lits supplémentaires. «Il faut être ambitieux, dit-il. [...] On ne veut pas un nouvel embâcle, c'est pour ça qu'on est agressif dans notre cible.»

Le CISSSO attend par ailleurs impatiemment de savoir combien l'Outaouais obtiendra de l'investissement de 100 millions$ annoncé en décembre par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour la création de nouvelles places en hébergement, en santé mentale, en réadaptation et en convalescence.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer