Six mois de travaux à Pierre-Janet

Le Centre hospitalier Pierre-Janet (CHPJ) a été victime... (Simon-Séguin Bertrand, Archives Le Droit)

Agrandir

Le Centre hospitalier Pierre-Janet (CHPJ) a été victime d'un dégât d'eau ayant forcé l'évacuation du pavillon principal.

Simon-Séguin Bertrand, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il faudra «environ six mois» de travaux pour que le Centre hospitalier Pierre-Janet (CHPJ) puisse être en état de rouvrir ses portes, ce qui forcera prochainement une quinzaine de patients à déménager une deuxième fois pour se retrouver au Foyer du Bonheur.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a fait le point, jeudi, sur les conséquences de l'important dégât d'eau survenu le 3 février dernier, lorsqu'un patient de l'unité psycholégale a  brisé une conduite d'incendie en tentant de s'évader.

Le verdict est lourd. Environ 75% du pavillon principal doit être reconstruit. Les travaux prendront «environ six mois», a indiqué le directeur général adjoint du CISSSO, Denis Chénier.

Après avoir rapidement mis en place des mesures d'urgence ayant permis de transférer 79 patients dans les 48 heures ayant suivi l'important dégât d'eau survenu le 3 février au CHPJ, le CISSSO s'est mis à la recherche de solutions «plus durables» pour les patients et le personnel.

La trentaine de patients adultes ayant été transférés au rez-de-chaussée du pavillon juvénile du CHPJ étant «à l'étroit», le CISSSO en déménagera 16 vers le 6e étage du foyer du Bonheur d'ici la mi-mars. Des travaux doivent être effectués sur cet étage du centre d'hébergement du secteur Hull, qui abrite actuellement des bureaux, afin d'y sécuriser les fenêtres et d'installer des douches. Le personnel qui s'y trouvait sera quant à lui envoyé dans des locaux de la rue Bellehumeur. Aucun résident actuel du Foyer du Bonheur ne se trouve sur l'étage concerné.

«La clientèle qui va être dirigée en priorité vers cette unité [du Foyer du Bonheur], c'est une clientèle avec une moyenne d'âge de 60, 65 ans et plus, qui ne requiert plus de soins actifs en psychiatrie, [...] qui n'ont pas de problématique de nature criminelle, qui n'ont pas de comportement incontrôlable et qui n'ont pas non plus de déficience intellectuelle», a indiqué le directeur des programmes santé mentale et dépendance, Alain Godmaire.

Les responsables du CISSSO ont rencontré le comité des résidents du Foyer du Bonheur, qui «a fait preuve d'ouverture» par rapport à l'arrivée prochaine de patients du CHPJ. Les repas des patients du CHPJ seront livrés directement à leur unité, mais il n'est pas impossible que certaines activités soient organisées avec les deux types de clientèle. «Déjà, on nous invitait à aller au bingo», a souligné M. Godmaire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer