Stress, insomnie: l'autre facette du télétravail

Parmi les avantages du télétravail, les employés signalent... (Archives, La Presse)

Agrandir

Parmi les avantages du télétravail, les employés signalent une réduction du temps de déplacement, une plus grande autonomie et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Mais l'autre facette du télétravail est plus inquiétante.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Genève

Le télétravail offre à première vue beaucoup d'avantages, comme un gain de temps et d'argent sur les transports et une vie de famille plus équilibrée, mais à forte dose, il peut nuire à la santé, révèle mercredi un rapport de l'ONU.

Ce document, rédigé conjointement par l'OIT (Organisation internationale du travail) et Eurofound, une agence de l'Union Européenne, s'appuie sur des recherches menées dans 15 pays.

Il fait une distinction entre les télétravailleurs à domicile, qui semblent jouir d'un meilleur équilibre travail/famille, et les travailleurs «très mobiles», qui utilisent les nouveaux moyens de communication et sont davantage exposés à des répercussions négatives sur leur santé et leur bien-être.

Parmi les avantages du télétravail, les employés signalent une réduction du temps de déplacement, une plus grande autonomie et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Les entreprises y voient une plus grande motivation du personnel, une productivité et une efficacité accrues, et surtout, une réduction de l'espace de bureaux nécessaire.

Mais l'autre facette du télétravail est plus inquiétante.

Le rapport souligne «la tendance à induire un allongement de la durée du travail, à créer un chevauchement entre le travail salarié et la vie privée et à entraîner une intensification du travail».

«Quarante-et-un pour cent des employés très mobiles font état de niveaux élevés de stress, comparés à 25% chez ceux qui travaillent tout le temps au bureau», indique l'étude. En outre, 42% des personnes travaillant en permanence à domicile et 42% des télétravailleurs très mobiles déclarent se réveiller plusieurs fois par nuit, alors qu'ils ne sont que 29% chez les personnes employées sur leur lieu de travail.

Jon Messenger, coauteur du rapport, souligne les avantages du télétravail à temps partiel qui permet aussi de garder le contact avec les autres collègues.

«L'équilibre idéal semble être 2 à 3 jours de travail à domicile», a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Genève. «Peut-être que les sociétés devraient y recourir plus souvent, car cela a des effets positifs, non seulement pour les employés mais également pour l'employeur», a-t-il souligné.

Le rapport préconise par ailleurs un «droit à la déconnexion», en citant en exemple la France et l'Allemagne. Certaines entreprises imposent déjà l'extinction des serveurs informatiques en dehors des heures de travail afin d'empêcher l'envoi de courriels pendant les temps de repos et les vacances.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer