Action Santé lance un appel à la vigilance

Un reportage diffusé par Radio-Canada a révélé que... (Archives, La Presse)

Agrandir

Un reportage diffusé par Radio-Canada a révélé que des ophtalmologistes de l'IOL ont utilisé des pratiques médicales douteuses sur une période de quatre ans.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Action Santé Outaouais dénonce les ententes non contrôlées de partenariat entre les cliniques de santé privées et le gouvernement du Québec. Cette réaction s'est faite en réponse au récent reportage de l'émission Enquête sur l'Institut de l'oeil des Laurentides à Boisbriand (IOL).

En conférence de presse jeudi, Action Santé Outaouais réclame, entre autres, que le gouvernement du Québec vérifie l'utilisation de fonds publics avant de signer de nouvelles ententes de partenariat public-privé. « Il faut remettre le patient et la patiente au coeur du système de santé et non l'argent », a déclaré le coordonnateur d'Action Santé Outaouais, Jean-Charles Pichereau.  

Il déplore le manque de qualité dans les soins donnés aux patients au profit de la rémunération des médecins. 

« Malheureusement, dans les Laurentides, on s'en aperçoit après coup, s'est désolé M. Pichereau. [...] On en appelle au ministre Gaétan Barrette, au gouvernement et à nos députés régionaux de dire que c'est inacceptable. Les patients et les patientes ne peuvent pas accepter cela, parce que c'est eux, en fin de compte, qui sont malheureusement pris au piège avec ce système », a-t-il ajouté.

Le reportage diffusé par Radio-Canada révélait que des ophtalmologistes de l'IOL avaient utilisé des pratiques médicales douteuses sur une période de quatre ans. Des millions de dollars auraient été facturés à des patients pour des frais accessoires qui s'avéraient parfois non nécessaires, permettant aux ophtalmologistes d'empocher des sommes exorbitantes.

L'institut de l'oeil s'est défendu en précisant que « les ententes ont permis de réduire de façon drastique les listes d'attente et le temps de prise en charge des patients, en plus de leur éviter de se faire traiter à l'extérieur de la région où ils demeurent. [...] Les médecins ont simplement été rémunérés pour des actes médicaux qu'ils ont posés et en fonction d'un volume prédéterminé. »

Condamnant « tout genre de pratique médicale inadaptée et insouciante des risques associés à la délégation d'actes médicaux à des personnes non diplômées ou n'ayant pas les compétences requises », l'organisme de défense estime qu'il est « inacceptable de s'associer ou de tolérer un enrichissement frauduleux de ces médecins spécialistes ».

Action Santé Outaouais lance un appel à la « vigilance citoyenne » afin de prévenir les actes médicaux douteux. « On ne veut pas revoir ce type de fraude », a indiqué M. Pichereau. 

Dans son communiqué, Action Santé Outaouais réclame aussi une « justice sociale », en exigeant le remboursement à la Régie de l'assurance maladie du Québec de l'argent recueilli.

Élizabeth Séguin, collaboration spéciale 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer